Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'Orange Autrement
  • Le blog d'Orange Autrement
  • : Association regroupant des citoyens de la ville d'Orange, créée pour soutenir les élus minoritaires et informer les orangeois-es sur la réalité de la gouvernance du maire d'extrême droite.
  • Contact

Pour aller plus loin

 

Gestion ahurissante = appauvrissement général.

2021 Anniversaire des douze ans du gâchis de la piscine des Cèdres!

80% du budget investissement = routes et trottoirs

Orange perd des habitants, des emplois, des entreprises.

Orange n'attire plus les touristes,

Prélèvements excessifs sans les services

lien vers facebook

Consulter les rapports de la chambre régionale des comptes.

2001 à 2010 clic ici

mais aussi

1990 à 2001 clic ici  

Rechercher

Soutien

Assurer votre soutien, c'est possible !

 

Contactez nous ou manifestez votre soutien en venant aux conseils municipaux. Nota : Les élus d'opposition au conseil municipal ont chacun une boite aux lettres à leur nom dans le hall de la Mairie.

nous écrire : orange.autrement@laposte.net

 

Archives

Agenda

Conseil communautaire

 Conseils Municipaux à 9h

 après moult report ce sera le  22 février 2021

Commission Finances   

Commission urbanisme infrastructure 

Commission Affaire sociale  Aucune date

Commission éducation  Aucune date

Commission électorale nouvelle forme, convocation juste avant des élections une parodie de contrôle du boulo du maire

 

 

 

 

18 mai 2019 6 18 /05 /mai /2019 15:58

Le conseil municipal du 17 mai 2019 à 9h du matin avait comme particularité de succéder à moins de 24h au jugement du maire d'Orange pour prise illégale d’intérêt. Les journaux du matin même qui titraient sur la condamnation, étaient omniprésents dans toutes le têtes.

Du coup, l'édile était fébrile, sa cours prête à tout, et il a été impossible de prendre la parole normalement, même si les interventions ne parlaient ni de près ni de loin de la condamnation du maire.

C'est ainsi que Christine BADINIER n'a pu à aucun moment développer ses arguments, le maire à fleur de peau lui a coupé systématiquement le micro, de manière scandaleuse dès le dossier N° 1, parfois à peine quelques secondes après le début de son interventions. En fait, tous les élus minoritaires ont été privé d'intervention. Il s’agissait visiblement d'une stratégie défensive. L'équipe majoritaire obnubilé par la condamnation, a tout simplement interdit toute expression de peur que les élus dévient les débats sur cette question? Enfin c'est ce qu'on en déduit

Ainsi Gilles LAROYENNE élu LR est parti au bout d'une heure douze1, après avoir vainement demandé la parole, attendu poliment qu'on la lui donne.  Il est parti à l'issue d'un dossier où le maire avait dérapé verbalement. Le dossier portait sur une dénomination, d'un rond point, de la haute politique populiste comme aime à le faire les Bompards2. En occurrence ici une véritable provocation. Puisqu'il était donné le nom d'un des putschistes de la guerre d’Algérie pour; " honorer ceux qui ont défendu l'Algérie Française, rétablir un peu la vérité" a dit le maire!

Le maire s'est donc "enflammé" après l'intervention de F HALOUI, l'élue communiste (avant de donner à chacun son temps de parole). Et donc il n'entendait plus laisser l'élu Républicain s'exprimer après son allocution honteuse. En fait il s'était emberlificoté dans des considérations fumeuses en parlant du "bon temps du colonialisme français"3  et n'entendait pas risquer de donner le bâton pour se faire battre... Ce qu'il méritait.

 

1 Le conseil a démarré véritablement qu'à 9h40 à cause de la présentation du diagnostic du règlement local de publicité RLP qui n'était pas à l'ordre du jour y a été ajouté. Les élus  n'étaient pas au courant et n'avaient, n'ont eu aucun document à ce sujet durant le conseil. Il leur a été envoyé à posteriori.

2 On ne compte plus ce genre de provocation qui dernièrement a ouvert une belle vitrine à Marie Claude BOMPARD, pleine page...Drôle de façon de faire de la politique.

3 Lire la retranscription de cette intervention sans queue ni tête ci dessous

Impossible de prendre la parole au conseil municipal du 17 mai 2019

Bompard répondant à Fabienne et peut être aussi à l'adresse de G Laroyenne qui demande la parole.

 Le maire : « je peux répondre peut être »

 

Ignorant alors Gilles Laroyenne  qui lève toujours la main Jacques Bompard enchaine: (retranscription mot à mot)

« Il y a des événements qui sont passés il y a très longtemps et qui devrait être abordé d’une manière un peu plus sereine. La plupart…  tous les combattant pour l’Algérie Française ont été amnistiés tous sauf ceux qui ont été condamné à mort. Parce que rappelons que à l’époque on condamnait à mort Et on condamnait à mort  non pas pour des crimes commis mais pour des opinions politiques donc il nous parait bon de donner de rappeler que nous vivons dans un monde pacifié et d’essayer de rétablir un peu la vérité parce que aujourd’hui on veut culpabiliser la France dans son travail colonial or je crois que avec le recul nous avons la preuve que le travail qu’a fait la France dans son passé colonial est un travail qui honore notre pays et c’est pour honorer ceux qui ont défendu le travail qui avait été fait par les gens qui représentaient la France et qui amenait des hôpitaux, des écoles dans des territoires ou on est bien obligé de constater la barbaries voire le cannibalisme restait. Euh de  de dire que tout n’était pas mauvais loin de là dans ce que la France a fait au 4 coin du monde au contraire notre conception française de la colonialisation n’est pas la conception anglaise qui était une conception de  de prises sans rien donner en échange, là il y avait surtout des dons  et la balance économique de la France était au bénéfice des pays colonisés  et au déficit de notre pays  donc c’est avec plaisir que nous défendons tout ce que la France a fait de bien durant le temps où elle a été en Afrique en Afrique du nord en Indochine et ailleurs  et il faut bien dire qu’ avec du recul que quand on voit ce que certains pays sont devenus et bien entre nous je pense qu’ils doivent regretter le bon temps des colonies même si ce temps-là  n’était pas un temps parfait parce que la perfection n’est pas de ce monde et que il n’y a aucune commune mesure entre ce que la France a fait,  elle a bien fait et ce que vos amis ont fait, parce que en Indochine quand les communistes sont arrivés ça a été les camps de concentration les camps de concentration encore plus abominables que que ceux des Nazis et d’ailleurs les soldats qui ont fait les camps de concentrations Nazis les camps de concentration Viet  tous disaient que les camps de concentration Viet étaient  bien pire qu’un camp de concentration Nazi   donc, s'adressant  dans une parenthèse fugace à G Laroyenne, non mais on va pas débattre,  l’heure n’est pas à rallumer les guerres

Il fait voter  la délibération.

Pendant que Gilles Laroyenne proteste; " j’ai demandé la parole vous m’avez tous vu lever la main" debout s'adressant in fine aux élus majoritaires, leur reprochant leur manque de courage, puis s'en va.

Il est 10h 14 ( le conseil a démarré avec deux minutes de retard)

Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 06:40

Vendredi 12 avril 2019 à partir de 9h a eu lieu le conseil municipal présentant, entre autres, les comptes financiers de la ville, soit 38 points à l'ordre du jour. Un gros conseil, important pour la communication de l’utilisation de nos impôts et des subsides publics.

Un conseil avec des documents forts lacunaires, ou les élues Aimer Ma Ville avaient préparé avec attention de nombreuses questions et remarques notamment en regard des recommandations du dernier rapport de la CRC. Un conseil ou la majorité avait-elle prévu de s’exonérer de ses obligations en organisant d'une cacophonie monstre, rendant insupportable pour les participants comme pour le public la séance. 

Ainsi au tout premier dossier à la 33ème minute une première interruption de séance, de 15 minutes, pour rien. Les élus n'étaient pas encore intervenus. Un quart d'heure après la reprise soit à 10h02, seconde interruption de séance.  Le chahut était sur les rails, les élus de la majorité sont copieusement harangués par le maire afin qu’ils manifestent bruyamment et ils obéiront.  Le DGS et le dir cab en chef d'orchestre (?) à la porte de la salle du conseil (à la place du fils cadet, lequel était absent, une première...?) Ces deux personnages sont restés positionnés dans le dos des élus minoritaires qui ne pouvaient pas observer leurs mimiques. (Habituellement ils sont sur les sièges réservés aux fonctionnaires dans le dos du maire, prêts à répondre aux questions)

Pour les comptes de gestion seul le premier dossier a été présenté et à l'issue grosse surprise, les 7 dossiers, oui vous lissez bien, les 7 comptes de gestion ont été voté d'un bloc comme si ils avaient tous été présenté.   Pourtant 6 sur 7 d'entre eux, l’intitulé n’a même pas été lu…C'est une première énorme anomalie.

La seconde anomalie sera l'absence totale de l’ordonnateur, le maire, depuis le début des présentations jusqu'aux votes des 7 comptes administratifs. (Avait-il un autre rendez-vous à honorer en plein conseil?)

Rien que ces quelques lignes vous donnent non seulement le ton mais aussi le niveau d'information qui a été donné aux administrés. Nul ou quasiment.

Quand on est fier de son travail, serein, on le défend, quand on n'est pas tranquille, on fuit, et c'est bien la fuite et le chaos qui a été choisi durant ce conseil par le maire, preuve s'il en est, qu'il n'est pas fier, de son mandat. (Nota un quatre pages A4 couleurs fut copieusement distribué dans le public, aux élus majoritaires pour contrecarrer les analyses et observations de la CRC. Une redondance car au dernier conseil déjà un même tract A5 simplifié circulait, le même distribué sur le marché entre les deux conseils par des employés du service communication)

Enfin soulignons pour être complet, l'hallucinante fin de conseil.

À midi, quasi plus personne dans le public, plusieurs des élus, même du personnel sont partis. À midi il ne restait que les deux élues Aimer Ma Ville dans la minorité seules face à la meute affamée. Elles se sont retrouvées acculées au silence par des techniques soigneusement orchestrées semble-t-il depuis les lignes arrières et les votes se sont enchainés sans discussions possibles. À 12h nous avions atteint péniblement le dossier n°16 sur 38, les 22 dossiers restant ont été voté en moins de 32 minutes…sans aucune discussion possible.

Pauvre France.

Voilà pour le résumé du déroulé.

Fin du conseil 12h32. A la soupe, moussaillon, les élections approchent, tout comme la date du jugement. Le malaise du maire était palpable. Du coté des élus majoritaires l’attitude faisait penser à une sorte de quête auprès du chef de meute.

Prochain article: Les questions restées sans réponses, les documents comptables lacunaires.

Fin de conseil les tract anti rapport de la CRC restant sur les sieges du public...métode totalitaire.

Fin de conseil les tract anti rapport de la CRC restant sur les sieges du public...métode totalitaire.

Juste pour le fun ce lien.

Le maire ne voulant pas reconnaitre que nous avions déjà exprimé le doute sur la pertinence de sa baisse du taux de la taxe d'habitation. Lui cette année reprend notre argumentation a son compte en niant notre analyse de déc 2017. En effet le budget 2018 avait été voté fin 2017 très en avance sur l'habitude pour des raisons fumeuses de gain de temps (Non retenues pour le budget 2019 qui reprend le calendrier ordinaire)

http://www.orange-autrement.fr/2017/12/taxe-d-habitation-la-baisse-des-taux-un-bon-ou-mauvais-calcul.html

Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 11:34
Conseil municipal du jeudi 15 février 2019: la campagne des municipales...

Durée 2h 10. Début 9 h00 du matin. Du public, enfin relativement à d'habitude, la quinzaine de chaises étaient occupées. Le second fils à son poste dans l'encadrement de la porte. Une mini-interruption de séance, à 10h12 pour ? Rien, sous le prétexte de laisser le temps à l'adjointe M T Galmard de se ressaisir? Le tempo est toujours le même c'est lassant et déplorable. L'édile fait sa campagne, elle est perpétuelle à Orange mais là il semble qu'elle s'accentue. Se sentirait-il en danger? En tous les cas les attaques ont fusé pour discréditer chaque membre de la minorité spécialement Anne Marie HAUTANT et Gilles LAROYENNE.

Bref oui, on nous a ressassé la rengaine du " je suis le meilleur, je fais la ville belle, propre, sure, les orangeois sont contents, vous, comme nos prédécesseurs êtes tous nul", répété à l'envie. Une mauvaise musique jouée au dépend d'un vrai débat au service du bien commun, d'une vraie information due aux administrés.

Et pourtant à ce conseil, il y avait quelques points intéressant, ne serait-ce que l'arrêt du PLU, suite à sa révision. Nous, les orangeois méritons mieux que le détournement des affaires communales en  " tribune délétère"  pour servir un clan, salir et dénigrer les élus de la minorité, des élus qui in fine n'ont pas le droit de réponse aux attaques. Et étrange des comptes à régler? Dans le tas, des attaques contre l'ex président  et l'ex directeur des chorégies, le président de la CAF et le chirurgien de l’hôpital (ce dernier dans sa bouche ayant repris suite à sa démission le présidence de la Deymarde? (un raccourcit réécrivant l'histoire confus et commode)

Premier dossier: La révision du PLU. Les quatre élus de la minorité présents se sont exprimés, sur un total de 14 minutes, leur temps de parole étant limité. Les élus de la majorité invités à prendre la parole sont restés muets. Gilles LAROYENNE a mis en exergues les incohérences du PLU face aux défis sociaux-économiques, climatiques et environnementaux qui nous attendent indéniablement. Fabienne HALOUI a dressé un tableau sans équivoque des aberrations contenues dans le PLU. Christine BADINIER a mis en avant la parodie de révision du PLU mis au vote. Anne Marie HAUTANT a fait la synthèse du tout et au delà de la manière de faire de l'édile, elle a dénoncé la faiblesse de notre démocratie qui permet cela. Pour étayer son argumentation sur l'hypocrisie sous-jacente dans cette révision, elle a cité une déclaration du maire très éclairante: "J'écris dans le PADD (un catalogue de bonnes intentions) ce que l'on me demande d'inscrire de là à le faire ... "

LA réponse du maire: 28 minutes hallucinantes. Sa campagne bien sûr. La décrédibilisation en règle des élus minoritaires, re-bien sûr. Et quelques perles qui montrent son égo et son abyssale inconscience/atterrante négation des soucis locaux comme du problème global mondial. Par exemple :  problème de l'eau potable. Le maire d'Orange :  "Nous on n'a pas de problème, on a le Rhône et c'est pas encore demain qu'il sera à sec"...On vous passe les adjectifs méprisants.

Au dossier 4 qui parlait d'une convention avec le nouvel organisme de gestion des Chorégies d'Orange nous avons eu un temps d'énervement magistral de madame Galmard, avec des hoquetant:  "C'est pas comme ça que vous deviendrez maire". En fait cette diversion a permis une interruption de séance à 10h12 pour la pose "pipi". Et avant, durant, après la pose les attaques nourrit contre Anne Marie HAUTANT, même le fiston a réussit à sortir de son silence... La délibération discutée indiquait le montant de la subvention aux chorégies d'Orange, 152 450€ soit exactement la même somme versées en 1995 par A LABBE maire d'Orange. La subvention n'a jamais été revalorisée en 24 ans malgré l'apport conséquent tant en notoriété qu'en dynamisme économique et donc en retombées financières et ce tout simplement parce que le maire a été vexé de ne pas être le président de cette association...(Une "tromperie" de Mariani qu'il n'a pas digéré comme il l'a réexpliqué lui même).

Dossier N° 5 . Il a donné lieu à une discussion sur le déploiement des colonnes de déchets...et "l'information" sur les nouvelles conditions de ramassage aux usagers. L'information n'a pas été donnée à Orange ou si peu. Réponse:" c'est la faute à l'ancien président qui avait confié cette tache à un prestataire privé"...

Dossier N° 6. Subvention au CCAS de 1 430 000€ dont 400 000€ déjà versés en avance l'an passé et le reste en trois tranches, février, juin et septembre pour "préserver le fond de roulement". Si si texto on vous raconte pas des blagues... Avec 26 M€ sur le compte général de fond de roulement... fallait oser avancer cet argument pour justifier l'échelonnement des versements. Le versement de la subvention échelonné est une nouveauté!

A l'issue de ce dossier nous avons eu droit à une intervention hors champ des questions à l'ordre du jour, c'est récurent en temps de campagne. Cette intervention lu dans un silence religieux de la majorité et consciencieusement par madame Galmard avait pour sujet le centre social Pierre Estève qui a perdu son agrément CAF de "centre social". Dans son commentaire, le maire a évoqué un déplacement tardif, soit seulement en décembre, du président de la CAF qui expliquerait l'avortement d'une médiation à temps? Ah oui et quel impact a eu la ville depuis décembre 2015 signature du contrat de ville? Ben on n'en saura rien.

Dossier 7: C'était la révision du tableau des effectifs. Grosso modo un maintient des effectifs. Sous l'éclairage d'un argument édicté par le maire dans son délire de 28 minutes lors de sa réponse au dossier 1, soit il a dit :" toutes les collectivités locales de droite ou de gauche ont créé et créent de faux emplois"  Christine Badinier a réitéré sa demande de justification de l'augmentation des effectifs de plus de 80 personnes depuis 2014. Pas de réponse. Eux ils ne créent pas de faux emplois, mais sont incapable de les justifier?

Dossier 8 et 9: Deux avances sur subventions. Une de 10 000€ au nouveau club de foot de la ville (le SCO est mort), et l'autre de 35 000€ à la crèche les Rêves Bleu.

Les autres dossiers étaient tous des correctifs aux autorisations budgétaires votées, le 11 déc 2018. Une erreur imputable aux restes à réaliser qui ne doivent pas être pris en compte.

 

 

 

Conseil municipal du jeudi 15 février 2019: la campagne des municipales...
Conseil municipal du jeudi 15 février 2019: la campagne des municipales...
Conseil municipal du jeudi 15 février 2019: la campagne des municipales...
Repost0
9 novembre 2018 5 09 /11 /novembre /2018 13:06
Petits détails croustillants: conseil du 9 novembre.

Ce vendredi matin un conseil municipal a eu lieu, 16 questions à l'ordre du jour.

Durée quasi deux heures, mais deux interruptions de séance et un dossier retiré, plusieurs refus de parole, un début de colère.

Guillaume le fils encore une fois absent, tout comme quelques élus dans les plus jeunes ceci eu égard à l'heure du conseil 9h du matin .

Un public épart mais significatif par rapport aux quatre du conseil communautaire; une dizaine de personnes.

Une motion de soutien au Lycée de l'Arc pour les classes options sports a été ajoutée et votée en préambule. Anne Marie HAUTANT en a profité pour expliquer que l'option Provençal était elle aussi dans le même cas de figure, donc en péril. Ce qui remettait en cause toute une chaine de cet enseignement dispensé de la maternelle au Lycée depuis plus de 25 ans à Orange.

Puis ont débuté les questions à l'ordre du jour.

Dès la seconde, Gilles Laroyenne a fait les frais de la première entorse à la démocratie avec un refus de parole particulièrement de mauvais aloi1 au motif qu'il ne peut y avoir d'expression après le maître. L'élu a bien calmement tenté tout de même de faire entendre raison à l'édile. Peine perdue... Plusieurs fois durant le conseil le maire usa de sa commande micro à distance pour couper la parole aux uns ou aux autres, et ou usa de stratagèmes pour décrédibiliser la minorité, déformant leur propos pour les ridiculiser et ou de mots volontairement insultants etc

En plein examen du dossier 7, d'un coup le maire interrompit le rapporteur comme s'il découvrait la délibération, on devina sa désapprobation à ses mimiques et à un : "non mais là ça va pas" marmonné et il fut dans la foulée annoncé que le dossier était retiré. C'était le dossier 7: la mise à disposition du hall des expos au collège eu égard aux travaux débutés en septembre sur le Gymnase Giono. Une mise à disposition payante et assortie de conditions...Qu'est-ce qui a contrarié le maître. On ne l'a pas su.

La première interruption de séance a eu lieu à l'issue des interventions de tous les élus minoritaires sur le marché de la cantine scolaire et des accueils de loisirs. Empêtré dans ses incohérences, la colère puis la fuite a été préféré à d'honnêtes réponses. Une fuite physique de 10 minutes, à 10h11, puis une fuite verbale au retour dans la salle, par des railleries, mais aucune réponse. Notamment sur le coche raté avec la cantine centrale de l’hôpital qui aurait pu fournir des repas aux écoles avait fait remarqué Fabienne Halloui. Oui mais pas les livrer a interjeté une Marcelle ARSAC particulièrement peu convaincante et peu pertinente.

La seconde interruption de séance fut marante 10h36, durée pile 10 minutes . Même réaction d'étonnement agacé du maire au cours de lecture du dossier 14, comme si d'un coup il découvrait l'affaire: Une annulation de délibération de septembre suite à la modification des statuts de la CCPRO,  en rapport au transfert 1er janvier 2019 des compétences eau, assainissement, réseau pluvial. Or c'est le même sujet qui avait été débattu le 25 octobre 2018 et voté au précédent conseil communautaire... Les élus de la majorité sont revenus souriant, un sourire un brin penaud. La délibération a été votée tel quelle sans aucune explication, sur le pourquoi ni sur le cinéma qui venait d'être fait.

Voilà quel extraordinaire conseil avec in fine une explication sur les fortes odeurs de delta déchets du moment. X Marquot, après avoir militairement demandé et... attendu l'attention puis demandé l'autorisation expresse du maire pour s'exprimer. " Une commission du site a eu lieu hier. Si ça sent mauvais c'est que l'exploitant a déplacé des conduites de méthanisation. Le site a un contrat de production avec EDF jusqu'en 2025. En Avril le site stoppera son activité "décharge d'enfouissement". En mai il sera commencé le recouvrement des cassiers en terre en vue de la végétalisation."

11h Au-revoir et au prochain épisode de ces causasses et extraordinaires séances de conseils municipaux. Où le mot conseil a bel bien perdu tout son sens

 

Un point sera fait sur le dossier 12 Décision modificative N°4 qui a consisté à annuler une dépense inscrite en investissement de 3 870 000€ sur un budget primitif total de 4 585 780€ Ce qui vous en conviendrez fait un ratio particulièrement mauvais.

Oui les prévisions budgétaires manquent de sincérité. Oui le pilotage maladif bride les services. Oui en dehors des rues et des trottoirs la politique Bompard est paralysante et se montre particulièrement indigente.

   715 780 € de dépenses, sur 4.5M€ soit seulement 15 % de ce qui était prévu.

Ce n'est plus du prévisionnel mais des chiffres farfelus fantaisistes...qui sont donnés dans les budgets primitifs.

1/ Il avait bel et bien levé la main à temps mais le maire l'a ignoré. 

Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 13:33

Et oui c'est une vraie opération de lobbying dont nous avons eu l'honneur en ce matin du 28 septembre 8h30 du matin, juste avant que ne soit abordé les questions à l'ordre du jour du conseil municipal.

Une heure pleine, un maire qui souffle regarde sa montre mais étonnamment stoïque, poli sur sa chaise. D'autres n'auront pas cette bienséance parmi les élus de la majorité. C'est que oui une heure c'est longuet quand le sujet n’intéresse pas hein. Heureusement y a le "sauveur". Portable en mains, la majorité comme le personnel en fond n'écoutaient guère.

Alors de quoi s'agissait-il ? On l'a su directo en fin d'exposé, le présentateur a tout simplement  demandé une signature. Une signature, là tout de suite c'est possible ajouta-t-il. Pour le principe, des modifications à posteriori c'est toujours possible. ...Facile un détail... Une signature sur un document nécessaire à l'autorisation d'exploiter au delà de 2024 sur le territoire Orangeois, et sur une surface double que celle qui sera fermé à Piolenc. Cette signature l'aura t il obtenue ? Nous n'en savons rien.

L'exposé, costume trois pièces, soutenu par un powerpoint verdoyant et enchanteur a soigneusement évité les vrais questions s'attachant à un greenwashing en règle, comme s'il avait à faire à des neuneus.

Aux questions posées, point trop de vraies réponses. Et non, rien n'a démontrer la nécessité absolu de cette exploitation. Et non aucune garantie resservant l'usage exclusif de ce matériaux noble pour les seuls domaines où il est strictement et absolument nécessaire. Que dire de l'impact sur la nappe? Plus ou moins niè. Ou encore sur un exposé à sens unique ? Ou était donc la voix contradictoire des habitants, des associations ou simplement des institutions?

A savoir, car on ne nous en a pas parlé: Le schéma départemental des carrières est en train d'être transformé en schéma régional des carrières (pour 2022). Dedans les quantités draguées dans les rivières, avec autorisation pour permettre le flux, sont comptabilisées dans les déchets et n'entrent pas dans le comptage des productions en granulat noble. De plus nous trouvons dans les prétextes avancés, la fermeture de Lafarge Mondragon en 2015. Or une carrière sur Mondragon est prévue...avec le même argument ... Et combien d'autres paramètres ont été omis...

Alors quelle est l'absolue nécessité de cette pérennisation, heu plutôt extension? Un besoin de ce matériaux là spécifiquement ? Bof. Un besoin d'un milieu humide en plus? D'un bassin d’écrêtage anti-inondation? D'une base nautique?? D'un éden halieutique??? Les pieds dans la nappe phréatique! Alors que l'eau potable est un enjeu majeur! Une carrière en fin de vie n'a aucune valeur marchande, voir même coûte en réaménagement. Une carrière avec une autorisation de 30 ans se négocie mieux? Une autre économie d'échelle? Déplacer la carrière de la rive droite à la rive droite de l’Aygues est forcément moins couteux.

Comment se forger une opinion en une heure avec une seule chanson et tant de paramètres non éclairés? En fin d'exposé aucun vote, aucune décision à moins que nous n'ayons pas été assez attentifs. Quel est l'urgence pour nous habitants d'Orange? Il n'y en a pas. L'édile semblait pour..."Ces terres de rien...car soumisses aux crues du Rhône, ont été gagnées par l'endiguement du Rhône. Endiguement qui ne serait à l'heure d'aujourd'hui plus possible. Alors..."

 Lobbying en hors d'oeuvre du conseil municipal?
Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 10:59
Le conseil du 25, un conseil "ordinaire" en BOMPARDIE

Petit résumé de l'ambiance générale et plus, du dernier conseil municipal.

1h25 pour ce conseil ordinaire en Bompardie avec jacqueries. Normal.

Tout plein d’honorables de cette assemblée étaient absents. En premier parce que c'est notable Monsieur Marquot qui est un des membres le plus actif et sympathique sur lequel pèse de très chronophages, importantes et lourdes tâches. Fatique? Occupé sans doute.

En annonce Jacques a expliqué1 que pour le dossier N° 3, il sortirait avec un autre élu: "parce que monsieur Cadene est vendeur et parce que moi et bien euh...euh... je suis un ami proche, très proche" éluda-t-il en riant en guise d'explication de sa propre sortie.

Les dossiers se sont égrenés à vitesse variable.

Les trois subventions ont été voté à vitesse grand V.

  • 1 200 € à l'association AVENIR GYMNIQUE
  • 300 € à l'association CLUB CIBLE ORANGE
  • 500 € à la Section Football du Collège Arausio

Prenant la parole pour souligner le caractère exceptionnel de cette aide à un établissement public, Christine BADINIER a interrogé le maire par rapport à son courrier du 1er mai, resté sans réponse, sur la liste des subventions, non complète dans le compte administratif 2017.  Elle s'est vue carrément couper le micro.

Le dossier sur le règlement de la déchetterie et le tarif et règlement du projet Orange Plage ont été les plus longuement débattus. C'est durant ce dossier N8 orange plage, au bout d'une heure de débat, qu'on a eu droit à un bon coup de gueule:   "Laisser parler, laisser parler, elle est folle, vous n'avez plus la parole vous n'avez plus la parole on vous a laisser vomir pendant une demi heure là!" A partir de là un début de réponse 7 minutes pour rien dire, avec des "imbéciles" à répétition, un besoin redéfini à la hausse à 200 à 300 personnes, discours ponctué par une interruption de séance, sans réponse sur la tarification jugée comme répondant à une logique d'exclusion par nos élues Aimer Ma ville. Au retour, nous avons eu droit à une accélération du déroulé du conseil puisque le vote du dossier 8 plus 5 dernières question à l'ordre du jours n'ont pris qu'une dizaine de minute.

Voilà pour en gros l'ambiance de cette séance.

 

 

Anecdotique?  à la fin du long débat, vers la 40éme minute, sur les déchets, nous avons eu une longue et hallucinante digression sur la société permissive, sur viol des petits garçons et petites filles, un énervement certain dans la voix.

Le CR sommaire de la séance n'est ni en ligne ni affiché en mairie en ce matin pluvieux du 31 mai 2018. Un peu juste quand même car sans cet affichage les délibérations sont-elles exécutables. Nous avons réclamé on nous l'a promis pour cet après midi le maire ne l'ayant signé que ce matin même...Malade? Absent? Trop occupé?

1 Au moment de la délibération cette question d’intérêt non éclaircie a donnée lui à un petit intermède. Le maire serai sorti par sécurité pour que cela ne lui soit pas reproché plus tard et Mr CADENE parce qu'il est membre de la SCI MOCADOR.

 

Quel est le rôle du compte rendu du conseil municipal ?

Les articles L. 2131-1 et L. 2131-3 du Code général des Collectivités Territoriales stipule que les actes pris par le Conseil municipal sont exécutoires de plein droit après :

  • publication ;
  • affichage ;
  • notification aux intéressés ;
  • transmission au représentant de l’Etat dans le département ou à son délégué dans l’arrondissement.

En application de ces dispositions, les délibérations de portée générale du conseil municipal deviennent exécutoires par publication ou affichage. La publication correspond à la diffusion du texte intégral de la délibération dans le recueil des actes administratifs de la commune. L’affichage correspond à la mise à disposition du texte intégral de la délibération dans l’espace public défini comme un lieu aisément accessible au public à tout moment et à un emplacement habituel, ordinaire, accoutumé (en pratique l’affichage est effectué à la porte de la mairie). L’exécution des délibérations est donc suspendue à la rédaction d’un compte rendu de réunion du Conseil Municipal.

Le conseil du 25, un conseil "ordinaire" en BOMPARDIE

Compte-Rendu très sommaire du conseil municipal 25/05/2018. Signé le 31 pour affichage par le maire.

Repost0
29 mai 2018 2 29 /05 /mai /2018 14:50
Aménagement un peu d'imagination SVP

Le second dossier du conseil municipal du 25 mai 2018, traitait de la vente d'un immeuble désaffecté en bout de l'avenue de l'Arc de Triomphe. Une ancienne pissotière existait dans le temps à l'arrière, le bâtiment abritait un centre de démodulation de France Télécom.

Bien peu esthétique et peu aménageable sinon à grand frais, il a été vendu 150 000€ (parcelle 118m2 pour 180 m2de surface utile), par décision du conseil le 25 mai, contre l'avis des conseillères "Aimer Ma Ville". "Enfin" avait souri ironique comme quelqu'un content de son coup tordu, le maire en commission d'urbanisme, "quelqu'un s'est aperçu que c'était un emplacement idéal". Il n'y a eu qu'une offre, le 18 avril 2018. Le bien était en vente par affichage et sur des sites ad hoc depuis 2014.

Ce sont des bureaux d'un cabinet d'expert comptable présent dans 4 autres départements qui s'y installeront. Dans son objection aux élues Jacques fidèle à lui même a justifié cette vente par le fait que les entreprises ont du mal à trouver à se loger à Orange...Ben voyons Orange est pleine de vide.

Les élues Aimer Ma Ville ont suggéré au maire de ne pas vendre mais de démolir ce bâtiment désaffecté et d'en profiter pour finir de mettre en valeur ce bout de cette avenue de l'Arc de Triomphe. En effet sur le plan joint, ce que le public ne pouvait pas constater, la démolition de ce bâtiment parait évidente. Elle permettrait de créer un espace qui ferait pendant à la placette de l'autre coté de l'avenue Cf plan en rouge . D'autre part cela permettrait de remettre en valeur la fontaine contre la Meyne (.Cf sur le plan Ovale bleu ciel.) sachant du reste qu'il existe un projet de mise en valeur et de parcours en bord de Meyne. Enfin pour finir Anne Marie HAUTANT a précisé qu'il serait grand temps de s'occuper des deux tours de l'ancienne enceinte de la ville et du Parcours patrimonial qui va avec (une appartient d'ailleurs à la ville et est également en vente depuis 2014). Elle a ajouté: "Ce bâtiment est une verrue, comment ne pas l'avoir déjà démoli dans le cadre de la mise en valeur de cette avenue!"

Et oui on se le demande tous.

Idem pour les deux fontaines... parlons pas de celle en face du siège de la CCPRO, elle ne coule plus et a perdu son identité.

 

Aménagement un peu d'imagination SVP

Rond rouges = les deux tours de l'ancienne enceinte

Aménagement un peu d'imagination SVPAménagement un peu d'imagination SVP
Repost0
29 mai 2018 2 29 /05 /mai /2018 06:32
Siege de la CCPRO : pertinence, complaisance.

Nous revenons dans cet article sur le conseil municipal du 25 mai.

Lors de la délibération N°1, achat par la CCPRO d'une vieille grange "sur quai" au 280 avenue de l'Arc de triomphe, Cf sur le plan ci-dessus la tache orange et photo ci-dessous ) les élues Aimer Ma Ville ont tenu à faire valoir leur point de vue sur ce qu'elles considèrent être une mauvaise affaire pour la CCPRO, voire un achat de complaisance recommandé par Jacques. Il gouvernerait la CCPRO, et se débarrasserait d'un local. Bien que très bien placé ce dernier nécessitera de lourd travaux d'aménagement, à cause notamment de la présence d'un quai gênant...

Le prix de cession de la grange 65 000€, pour un prix initial acquisition inconnu (aucun historique ni explication n'étaient fourni, ni avec la délibération ni après les demandes en séance par les élues, date d'achat, à qui, pourquoi , projet etc)

Alors pourquoi les élues se sont positionnées contre.

Parce que :

  • la CCPRO semble sous une tutelle bien peu soucieuse de intérêts de cette institution qui la pousse dans de bien mauvais drap1.
  • Cet achat aggravera la destructuration des services, sera source de nouvelles tracasseries couteuses, alors que la CCPRO a des finances mal en point. (dont des pbs d'emprunts Sorgues Bedarrides non réglés)
  • parce que le siège actuel permet un agrandissement plus cohérent , moins couteux en surface utile in fine que cette opération hasardeuse. Pourquoi pas, par exemple construire dans la cour du siège de l'interco au nord (Cf sur le plan ci dessus) des archives plus spacieuses au premier et une salle de réunion plus digne de notre institution au RDC.
  • parce que l'erreur d'achat initiale était évitable . Quoiqu'en dise le maire d'Orange, il existe à Orange des lieux qui auraient pu accueillir la CCPRO. Par exemple les anciens établissement ESTEVE à la sortie de la ville avec 400M2 de bureau un terrain de plusieurs hectare un hangar ou l'on peu loger et circuler plusieurs bus. Ou les bureaux et ancien entrepôt Chausson Av de Verdun, ou ceux d'EDF rue de Chateauneuf.

Certes faire vivre le centre ville en occupant, ce lieu2 pourquoi pas, mais c'est un véritable casse tête pour cette administration et on ne comprend pas bien leur intérêt à poursuivre dans les ennuis en achetant le bien communal. A moins que ce ne soit pour faire plaisir à Jacques trop content de se débarrasser d'un lieu difficile à revendre. Les élues Aimer Ma Ville étaient preneuses comme local d'opposition, mais Jacques ne veut pas.

L'interco semble comme absorbée par Orange, comme tombée dans une gangue dont elle a du mal à sortir. Nous ne somme pas dans une mutualisation gagnante gagnante. Et ce n'est pas une bonne chose. La CCPRO doit s'affirmer, garder son indépendance ne serait-ce que par respect des plus petites communes, des administrés. Ne pas faire subir aux autres ce qu'on n'aimerait pas subir soit même.

 

1L'achat du nouveau siégé de la CCPRO, à Orange, près de l'arc de triomphe, (2M€ pour une estimation de 1.6M€ et  400 000€ de travaux)  s’avère une bien mauvaise affaire pour les finances de l'interco (in fine: nos impôts, les employés et les services rendus) mais pas que.

En sus de la dépense, préférer le prestige de l'emplacement géographique, à l'adéquation avec les besoins des services, entraine un éclatement des divers pôles de compétence, une désorganisation, complexification pour les services, un fonctionnement dans des conditions précaires, une explosion des frais, tel que cet achats de local secondaire pour parer au manque de place, des frais tant en location et travaux divers sur des structures de la commune d'Orange, ex pole emploi, services techniques...etc  Mais aussi et il ne faut pas les oublier il y a encore des charges qui courent sur d'anciens locaux par exemple ceux au village ERO. cf les décisions du président (Comme il y a encore des désaccords générant des coût dans le partage des actifs. Notamment les prêts, l'interco rembourse actuellement l’intégralité des emprunts fait par l'ancienne structure à 7 commune. Dont environ14 M€ d'emprunt, des parts soit disant de SORGUES et BEDARRIDES qui nous restent encore... Bref on ne nous dit pas tout.

2 Lieu qui en 1995 était occupé par l'école de la police municipale ...Dont le départ est encore une réussite de Jacques? Lieu qui aurait pu devenir un des fameux hôtel 5 étoiles, qui soit disant nous manquent à Orange. Mais jacques les pleure et plombe la CCPRO

Siege de la CCPRO : pertinence, complaisance.
Repost0
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 23:18

En théorie  toutes municipalités de France, devraient respecter la démocratie à fortiori  la démocratie locale et donc reconnaitre et respecter des droits de l’opposition municipale.

En théorie un local d'opposition coule de source, il est disponible au lendemain de la prise de fonction du maire. Cela ne se discute même pas.

Normal  une équipe d'opposition succédant à la précédente en théorie aucun délai n'est nécessaire pour ré-attribuer le local

Sauf à Orange où le respect de la démocratie, des droits associatifs et de l'opposition ont été depuis si longtemps enfouis sous une multitude d’excès de pouvoir qu'on en oublie même nous, la norme. Si bien qu'aucun groupe d'opposition à Orange ne peut se targuer depuis 23 ans d'avoir pu obtenir un local et les moyens prévus par les textes de loi.

Donc les élues Aimer Ma Ville pour ce mandat avaient décidée de tenir bon et elles ont du batailler ferme pour enfin finir par simplement signer une convention.

Et comble de bonheur, dit donc en guise de clefs on leur a fourni un calendrier des travaux le 11 avril 2018, juste avant le conseil.

Travaux qui pourrait se terminer si amiante que fin juin...dit le calendrier...

C'est à pleurer de rire.

Aujourd'hui un mois après la signature de la convention aucune nouvelle, aucun mouvement ou espèce de travaux du coté du local en question, et bien sûr toujours aucun local pour les élus d'opposition à Orange.

Local de l'opposition: la convention est signée, depuis un mois mais toujours  pas de clef
Charte du respect de la démocratie locale
1 - Conseiller municipal délégué à la minorité
Un conseiller municipal de l’opposition est élu par l’ensemble des élus, sur proposition des élus minoritaires, pour les représenter auprès du maire. Il veille au respect des droits des élus minoritaires. Le maire légitime son rôle en lui attribuant officiellement une délégation à la minorité municipale.
2 - Présidence de la commission des finances
La présidence de la commission municipale des finances est proposée à un élu de l’opposition. Il est élu par l’assemblée.
3 - Expression libre de l’opposition
Dans le journal municipal, l’équivalent d’une page A4 est réservé aux tribunes d’expression libre de la minorité. Ce droit d’expression de la minorité doit être garanti sur tout média utilisé pour la communication de la majorité municipale, selon les dispositions du Code général des collectivités territoriales.
4 - Représentation proportionnelle de l’opposition
Le principe de la représentation proportionnelle des élus doit non seulement être respecté pour toutes les commissions municipales, mais il doit être renforcé en s’étendant à l’ensemble des organismes et instances où la commune est représentée. De même, dans toutes les commissions consultatives, conseils de quartier ou autres comités ouverts, une partie des membres désignés l’est par les élus d’opposition à juste proportion.
5 - Questions orales des élus d’opposition
Un délai de plus de 48 heures avant la séance du conseil municipal ne peut être exigé pour le dépôt des questions orales des élus auprès du maire. Les questions orales ne doivent pas être placées en toute fin du conseil municipal.
6 - Local des élus d’opposition
Chaque local attribué aux élus de la minorité dans le respect du Code général des collectivités territoriales doit être équipé d’un téléphone, d’un ordinateur avec accès à Internet et avec la possibilité de scanner et d’imprimer.
7 - Jugements concernant la commune
Tous les jugements concernant la commune sont lus en conseil municipal, ainsi que tous les courriers du préfet rédigés en réponse au recours des élus. Chacune de ces lectures est indiquée au préalable en tant que point de l’ordre du jour.
8 - Comptes rendus des commissions
Tous les comptes rendus des commissions municipales, des réunions des syndicats intercommunaux, des EPCI, etc. sont adressés, par mail, à tous les conseillers municipaux, qu’ils fassent ou non partie desdites commissions.
9 - Indemnités compensatrices
Une somme minimale d’indemnités est attribuée à tous les conseillers municipaux, afin que l’accomplissement du mandat que leur ont confié les électeurs ne leur coûte pas. Elle n’occasionne donc aucune augmentation de l’enveloppe globale. Certains frais occasionnés peuvent être pris en charge par la collectivité, comme le prévoit le CGCT, sur présentation de justificatif avec un ordre de mission du maire.
10 - Arrêtés du maire
Tous les conseillers municipaux doivent avoir communication par courriel ou publication sur le site Internet de la mairie de tous les arrêtés du maire (hors arrêtés provisoires de voirie) dans les meilleurs délais après leur signature.
11 - Présentation au personnel
En début de mandat, une visite de tous les services de la mairie, avec présentation au personnel, est organisée pour tous les élus.
12 - Agenda ouvert
Un agenda ouvert à tous les élus indique les réunions de commissions, les manifestations, inaugurations, les cérémonies… Il est consultable sur Internet.
13 - Planning des conseils municipaux
À chaque conseil municipal, le maire doit annoncer au minimum la date du suivant. Dans les communes de plus de 1 000 habitants, des plannings semestriels sont établis pour les conseils municipaux.
14 - Dépenses de communication
En première page du premier numéro annuel du journal municipal figure le montant des dépenses de communication de la mairie de l’année précédente.
15 - Bilan de mi-mandat
Si la majorité municipale publie un bilan de mi-mandat, deux pages sont mises à la disposition de la minorité dans cette publication.
16 - Lien sur le site de la mairie
Si un groupe de la minorité dispose d’un site ou d’un blog, un lien vers ce blog doit être mis à disposition des internautes sur le site de la mairie.
17 - Respect des avis de la Cada
Le règlement intérieur du conseil municipal prévoira l’obligation pour le maire de respecter les avis de la commission d’accès aux documents administratifs (Cada) pour toute demande de document administratif.
18 - Moyens techniques en conseil municipal
Si la majorité municipale utilise des moyens techniques en conseil municipal, par exemple des projections de graphiques sur écran, la minorité doit pouvoir disposer des mêmes moyens.
Les villes de plus de 200 000 habitants réalisent une vidéo du conseil municipal visible sur le site Internet de la mairie.
Source : Association nationale des élus locaux d’opposition
Local de l'opposition: la convention est signée, depuis un mois mais toujours  pas de clef
Repost0
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 12:23

2h40 pour 49 questions à l'ordre du jour ce mercredi 11 avril 2018.

Nouveauté:  la séance s'est déroulée sous la surveillance de trois caméras, une (style familial/ premier prix) pointé sur le banc de l'opposition, une de type professionnelle -celle qui sert pour la propagande officielle et officieuse (parti du maire)- installée derrière le public dans l'angle coté porte d'entrée et pointé sur le banc du maire et maires adjoints, enfin celle du professionnel habituel. Une recommandation en guise de préambule sur l'utilisation des micros a été faite. (Peine perdue, de longue il a fallu rappeler au maire de bien vouloir débloquer les micros manuellement ( Il a la possibilité sur le sien de censurer la parole et ne s'en prive pas).

Voilà pour la nouveauté.

Sinon rien de nouveau sous le ciel orangeois.

Le maire perd son sang froid à plusieurs reprises1, censure, fait voter à tours de bras en refusant le débat. Fait donner un listing de 250 à 300 décisions du maire du premier trimestre durant la séance sans admettre la moindre discussion...

Les comptes sont pléthoriques.

Examen de la clôture des comptes de l' exercice 2017 :

Transport (un compte annexe qui n'existe que depuis 2014)

  • 2 417 138€ (nous reviendrons spécifiquement sur ce budget qui a vu sa recette en rapport avec la taxe transport versée par les entreprises plus que doubler en deux ans, et y savent pas pourquoi dit donc? Y s'encaisse point)

Services funéraires.

  • 1 222 291€

Service crématorium

  • 1 004 812€

Parking Théâtre Antique  Enfin un bénéfice 10  393€ certes petit mais depuis des années il affichait bizarrement un déficit aléatoire limité/arrangé par l'impact de plus ou moins d'heures d'entretien personnel municipal... Déficit qui rognait d'année en année un excédent reporté soit disant de la TVA.

  • 33 280€

Eau potable. Nous reviendrons spécifiquement sur ce budget qui a vu sa part ville prendre 33 centime mi 2015 et la voit diminué en ce conseil avec des commentaires en complètes contradiction avec les écrits. Une compétence qui doit partir à la CCPRO horizon 2020 avec un audit programmé depuis l'été 2017par la CCPRO.

  • 2 162 623€

Assainissement: Nous reviendrons spécifiquement sur ce budget qui était déclaré fortement excédentaire par le maire (conseils de 2012 et 2015)  Excédent suite à une augmentation de plus de 136% en 10 ans, il avait permis de rembourser par anticipation 4M€ d'emprunt réalisé donc pour rien . Il a vu sa part ville perdre 33 centimes au profit de l'eau mi 2015 et la voit diminué en ce conseil, avec également des commentaires en complètes contradiction avec les écrits. Une compétence qui doit partir à la CCPRO horizon 2020 avec un audit programmé depuis l'été 2017 par la CCPRO. Et qu'elle a raison de se méfier cette CCPRO. Le maire lui prépare un sacré cadeau avec les budgets Eau /Assainissement, après celui de la GEMAPI.

  • 2 639 163€

Budget général .

  • 24 587 417€ après retranchement de1.28M€ de RAR.

Total des 7 budgets: 34 M€

Auxquels il faut rajouter l'avance laissé à la CCPRO 3.5 M€

L'argent planqué dans des biens achetés, les choix d'amortissements court...

L'argent perdu travaux retardé, subventions, petites économies (mauvais calculs),  pertes de services, et de patrimoine, perte de dynamisme, chute de l'attractivité, centre ville moribond, les zones commerciales no mans-land, les nuisances ajoutées par le laisser faire permanent Delta déchets en tête...

Bref RAS sous le ciel Orangeois.

Tranquillement, la ville continue de s'étendre à l'infini. Le territoire, son patrimoine sont méprisés, gérés à la hussarde. La Démocratie et la République bafouées à chaque mot.

La vieille et moribonde bompardie dans toute sa splendeur s'est exprimé, révélé encore une fois. Dommage que les Orangeois ne soient pas présents pour en profiter en prendre la mesure. Vivement le rapport 2017 de la chambre régionale des comptes

1 Les deux plus belles sorties.

Une semble-t-il parce que la candidature de la ville d'Avignon aurait été retenu par la préfecture dans un plan de réhabilitation du centre ville et qu'Orange qui avait tout bien fait pourtant ne l'a pas été...Une crise de nerf/jalousie avec des tirades épiques et risibles sur la démocratie -par celui qui ne la respecte jamais par exemple dans sa distribution de subventions ou locaux aux associations-

Une parce que G Laroyenne avait critiqué, son point de vu: son assimilation de la révolution française au terrorisme.

 

Trois caméras pour le conseil municipal, c'est beaucoup non?
Trois caméras pour le conseil municipal, c'est beaucoup non?

Trois caméras pour le conseil municipal, c'est beaucoup non?

Repost0

Culture à Orange

Association "Ben Lèu"

Cours de Provençal pour adulte, pour débutant.

Pour ceux qui n'y connaissent rien!  

Calendreta .

mardi 18h00-19h30.

Contact 04 90 34 94 47

 

Chorégies 

 

AGORA
16 Rue reine Wilhelmine 84100 Orange 04 90 51 71 18

http://www.agorange.net/


THEATRE DU SABLIER

37, Crs Aristide Briand à Orange

Tel 04 90 51 14 03

Ateliers et Week end de théatre, danse, écriture, peinture. Spectacles

http://www.theatredusablier.com/


Le Café Littéraire

Association  Culturelle

Soirée autour d'un livre ...

Le site du café littéraire

  

Ciné  Forum
Impasse du parlement 84100 Orange

Librairie Elan Sud

Rue de Rome(ancienne rue des Phocéen)  lien 

Association ELU
pour les amoureux du livre
http://elansudeditions.over-blog.org

 

Orange Bleue Librairie

Lectures, débats, expos, signatures

http://www.orangebleue-librairie.com

 

  L’écran Magique.