Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'Orange Autrement
  • Le blog d'Orange Autrement
  • : Association regroupant des citoyens de la ville d'Orange, créée pour soutenir les élus minoritaires et informer les orangeois-es sur la réalité de la gouvernance du maire d'extrême droite.
  • Contact

Pour aller plus loin

 

Gestion ahurissante = appauvrissement général.

2021 Anniversaire des douze ans du gâchis de la piscine des Cèdres!

80% du budget investissement = routes et trottoirs

Orange perd des habitants, des emplois, des entreprises.

Orange n'attire plus les touristes,

Prélèvements excessifs sans les services

lien vers facebook

Consulter les rapports de la chambre régionale des comptes.

2001 à 2010 clic ici

mais aussi

1990 à 2001 clic ici  

Rechercher

Soutien

Assurer votre soutien, c'est possible !

 

Contactez nous ou manifestez votre soutien en venant aux conseils municipaux. Nota : Les élus d'opposition au conseil municipal ont chacun une boite aux lettres à leur nom dans le hall de la Mairie.

nous écrire : orange.autrement@laposte.net

 

Archives

Agenda

Conseil communautaire

Aucune date connue

 Conseils Municipaux à 9h

Aucune date connue

Commission Finances    7 septembre

Commission urbanisme infrastructure 

Commission Affaire sociale  Aucune date

Commission éducation  Aucune date

Commission électorale nouvelle forme, convocation juste avant des élections une parodie de contrôle du boulo du maire

 

 

 

 

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 15:34

Le souci de préservation de la qualité des eaux de surface n’est pas celui de la ville d’Orange.

Le réseau d’eau pluvial de la ville récolte désherbants épandus pas des employés municipaux et surtout tous les jeudi détergeant, désinfectant pour nettoyer les places du marché hebdomadaire. Tout ces produits finissent directement dans la Meyne qui comme chacun le sait juste après Orange se jette dans le Rhône. Alors…alors pas de quoi fouetter un chat pour le maire qui a déjà déclaré qu’il trouvait exagèré d’obliger à la sortie de sa nouvelle station le rejet d’une eau "trop propre" puisque quelques centaines de mètres plus loin elle rejoignait l’eau polluée du Rhône.

 

Néanmoins, ce cours d’eau longe plusieurs habitations qui ne bénéficient pas d’un accès au réseau d’eau potable, et l’eau de leur puits n’est plus potable.

N’en déplaise à notre édile l’eau est un bien commun et il est plus facile et moins coûteux de ne pas la polluer que d’entreprendre sa dépollution.

 

Alors pourquoi tant de laissé aller ?

Pourtant des directives, des outils, des aides à la gestion de l’eau existent depuis bien longtemps.

Depuis les années 1970, la politique publique de l’eau s’inscrit dans un cadre européen. La qualité de l’eau a toujours été une préoccupation dans la politique de l’Union européenne

 

Aujourd’hui le SDAGE  - Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux -  fixe pour 6 ans, jusqu'en 2015, les objectifs de qualité des rivières, lacs, eaux souterraines, littoral dans le bassin.

Le SDAGE a clairement affiché une politique de prévention pour éviter les solutions curatives (traitements de l’eau, problème de santé publique). Il est opposable juridiquement.

 

La DCE -la directive cadre sur l’eau-  fixe des objectifs pour la préservation et la restauration de l’état des eaux superficielles (eaux douces et eaux côtières) et pour les eaux souterraines. L’objectif général est d’atteindre d’ici à 2015 le bon état des différents milieux sur tout le territoire européen.

  

D’autre part pour atteindre le bon état des eaux, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse, établissement public de l’Etat, incite et aide, à l’échelle de ses bassins versants, à une utilisation rationnelle des ressources en eau, à la lutte contre leur pollution et à la protection des milieux aquatiques.

 

A Orange serions nous hors jeu, hors du temps, hors règlements. Après nous le déluge n’est pourtant plus à la mode et l’attitude de notre maire nous étonnera toujours. N’a-t-il pas écrit dans son jeune temps des livres sur l’écologie?  Etaient-ils pour lui une erreur de jeunesse ? A-t-il changé son fusil d’épaule pour mieux être écouté et arriver à ses fins ?

 

 

Pour nous il est urgent de cesser des pratiques identifiées comme désastreuses pour la qualité de nos eaux de surface: Nettoyages avec des produits polluants les rues de la ville.

Il nous faut installer dés à présent des bacs filtrants les polluants sur le réseau d’eau pluvial.

Afin de prévenir tout risque accidentel de pollution, toute pollution par lessivage des chaussées.

 Les points de remplissage des cuves pour les traitements agricoles en rase campagne eux en sont bien pourvus !

Remarquons au passage que la plupart des bassins de rétention communal ou dans les lotissements sont construits sans aucun dispositif pour empêcher l’infiltration des polluants, graisses, hydrocarbures lessivés en cas de pluie…

 

Quand donc monsieur le maire avec le costume endosserez vous aussi la responsabilité de votre fonction ?

Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 11:07

M. Georges OLIVARI, directeur de la maison régionale de l'eau a fait hier à Jonquières une conférence remarquable sur la pollution de l'eau par les pesticides et ses conséquences sur la santé. Conférence suivie d’un débat riche et instructif.

Nous y avons assisté car nous sommes sensibles à ces questions de l’eau et sa gestion d’une part, mais aussi nous sommes impliqués dans les cantonales.

Nous remercions le conférencier, les Jonquièroises, Jonquièrois et l’association Idées Jonquière pour cette réunion réussie et très riche.

 

La réunion a débuté par une explication du contexte et du site de pompage puis il y eut l'exposé du scientifique, enfin un débat a permis de faire ressortir des problématiques.

L’exposé - très clair et sans appel - cernait bien les soucis et donnait des pistes pour la prévention, pour retrouver et conserver une eau de qualité, ainsi que des conseils de bon sens sur les fréquences des analyses.

 

Tous nous sommes révoltés sur les normes qui sont établies sans fondement scientifique.

« Dans les produits phytosanitaire 1 plus 1 ne fait pas deux, a martelé le scientifique, les synergies sont inconnues »…Le comportement des pesticides épandus n’est bien pas connu, voire pas du tout. Fixés sur les particules minérales du sol, les pesticides, les produits de dégradation de la molécule d’origine, les co-formulants ont une toxicité non négligeable voire plus importantes que la molécule originelle. Les stocks souterrains accumulés depuis des années sont inconnus. Les relargages dans le milieu naturel qui peuvent durer plusieurs décennies sont difficilement prévisibles et leur déclenchement imprévisible. Il est possible que sous l’action de pluie acide des particules toxiques arrivent jusqu’aux nappes d’eau. Pas de certitude pour l’avenir. Pas de courbe cinétique d’élimination.

Nous avons relevé l’ineptie de la solution envisagée par le préfet : mettre en réseau les villes et villages afin de diluer l’eau distribuée jusqu'à une « norme légale » (La Provence du 21 Janvier 2011) Ce n’est pas acceptable.

Nous avons fait émerger  une réalité de terrain évidente : programmation rapide(non encore obligatoire mais de bon sens) d’analyses post pluies et orages.

 

Il apparaît clairement que la situation est pour longtemps incontrôlable et que nous sommes seuls à devoir en subir les conséquences et les surcoûts. Les fabricants de produits quant à eux s’en lavent les mains, bien protégés dans un écrin juridico-légal injuste.

Il est sûr que les paysans subissent comme le reste de la population et sans doute encore plus chèrement la toxicité des produits qu’ils ont employés.

Une solution envisagée hier soir passait par la régie publique de l’eau. Les exemples les plus concrets sont ceux cités par le scientifique. Soit : la ville de Munich confrontée à ce même souci il y a vingt ans, a aujourd’hui une eau de qualité sans avoir recours à des traitements ou filtres dispendieux. La municipalité a tout simplement tourné le dos aux conséquences pour s’attaquer aux causes. Elle a acheté les terrains environnants sur plusieurs hectares puis a subventionné les agriculteurs des zones alentour pour passer en agriculture bio. En 20 ans le problème a disparu. D’ailleurs n’est-ce pas ainsi que procède Vittel pour préserver son eau et ce depuis longtemps ? Mais oui les solutions existent il faut juste arrêter de dire : "on n’y peut rien" et le vouloir. 

 

Et pour l’eau d’Orange, quelles sont donc les mesures toutes simples et pleines de bon sens à prendre ? A quelle fréquence sont faites les analyses ? Ou sont consultables les résultats ?

Nous avons dans le n° de février 2011 de la revue municipale des déclarations rassurantes mais pas de publication de résultats, pas de précision sur la fréquence des analyses, ni la liste des polluants recherchés…

 

Le captage se trouve en bordure de l’Aigues près de la passerelle au nord de la rivière.

Y a-t-il des analyses effectuées en cas de crue de l’Aigues ?

Pas seulement lorsqu'elle déborde, mais lorsqu'elle est très grosse après les orages.



 

En face, de l’autre coté de la nationale 7, une ancienne zone d’activité où l’eau n’est pas potable selon un riverain qui va même pour son jardin chercher de l'eau avec une cuve ! Plus bas, cent hectares voués dans le nouveau PLU à être transformés en carrière après décroutage sur six mètres de terres arables. Le plafond de la nappe phréatique sera crevé !  D’où pollution assurée de l’eau souterraine. Est-ce compatible avec le SDAGE, le PADD ? Plus haut mais pas très loin, à l’entrée d’Orange, à gauche, une casse… Enfin est-ce raisonnable, tout cela ?   

Nous aimerions tant avoir des certitudes pour aujourd’hui et pour demain !

 

 

http://ideesjonquieres.over-blog.com/

 

Repost0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 11:57

 

Ou comment on exploite aussi en France nos matières premières dans le mépris total des riverains, de la faune et des lois de protections de la nature avec semble-t-il l’absolution des autorités locales et des services de l’état compétents.   

 

Une enquête publique sur la demande de renouvellement d'autorisation d'exploiter et l'extension de la carrière Lafarge du Lampourdier est en cours, elle se termine le 17 février 2011. Aucun panneau, comme on peut parfois en croiser, n’indique l’enquête aux quatre coins du quartier, les habitants du quartier découvrent tardivement le projet d’extension. Mais c’est mieux qu’en 2005, ou l’autorisation d’extension de la carrière Delorme est passée comme une lettre à la poste, car pratiquement ignorée de tous.
Dernier jour pour rencontrer le commissaire enquêteur ce vendredi 11 février 2011.

 

 Portait de la situation du site du Lampourdier.

 

  

  

Il y a trois carriers sur le site, SCV, SMV Delorme et Lafarge. Deux carrières concernent la commune d’Orange, Delorme et Lafarge.

Pour la carrière de Lafarge, il s'agit de passer de 8 hectares à 23 ; de 300 000 tonnes à 800 000  tonnes. Une interrogation entre l’adéquation des besoins réels et cette augmentation est légitime. Puisque sur le schéma départemental des carrières de 2001 l’association GGA a relevé : «  D’une manière générale, les quantités autorisées sont sensiblement supérieures aux besoins identifiés (facteur voisin de 2)".

La carrière Delorme, quant à elle, est passé de 13 à 23 en 2005… et est autorisé à exploiter jusqu’en 2020.

-Les autorisations d’exploiter sont de 15 ans.-

Soit un total de 46 hectares pour l’extrémité de la barre rocheuse du Lampourdier coté Orange !!  .

Les réserves foncières des carriers sont énormes et laissent présager d’autres extensions futures, rasant pratiquement l'extrémité du massif.

De plus le développement des carrières est inscrit au PLU comme priorité sur Orange, seulement…

Une enquête publique a lieu  sur Châteauneuf  du 1 février au 4 mars.

Une pétition contre l’autorisation d’exploiter en dent creuse la carrière SCV, circule sur Châteauneuf.

La municipalité de Châteauneuf-du-pape a quant à elle classé les bois environnant la carrière sur sa commune en zone naturelle par souci sans doute de préserver l’appellation de renommée mondiale de ses vins....

  

 Mais continuons ce petit portait du massif du Lampourdier.

Sur le site des carrières, aurait été détruit un fortin Romain du coté Châteauneuf, de même auraient existé des traces d’un ancien port Romain donnant sur le Rhône à proximité des tapis transportant les granulant sur les barges. La Via Agrippa ancienne voie romaine, passerait par ce massif à gauche des carrières. Depuis les vestiges de la porte Romaine près du cimetière d’Orange, en passant près de Maucoil elle descendrait le massif en passant vers le Château de la Gardine.

D’autre part, il existe des vestiges d’anciens fours à chaux plus récents à proximité immédiate des carrières.

 

 

Pourquoi nous sommes contre cette extension.

 

Les conditions d’exploitation actuelle sont désastreuses tant sur le plan respect de la vie quotidienne des riverains que sur le plan de l’impact sur le massif lui-même et son biotope

La spécificité régionale climatique est peu prise en considération.

La faune et la flore méditerranéenne sont fragiles et  sensibles aux pollutions.

L’extension  ne fera qu'aggraver les nuisances.

L'intérêt général doit être un préalable à toute extension de carrière .

Elle affectera des zones de bois classées, et un peu plus bas les berges du Rhône zone classée NATURA 2000, abritant des espèces protégés. Circaète Jean- le blanc, l’Engoulevent d’Europe, quatre espèces de chauves souris , l’anguille d’Europe entre autre...

 

Notre région est soumise à des épisodes imprévisibles de pluies abondantes sinon torrentielles. Or les sites des carrières aggravent le ruissellement des eaux de pluie- roches nues-. Il a risque d’amplification des dégradations et d’inondation surtout vers Mereuille -par le Vabre comme en 2002-, et vers la route de Roquemaure –qui au droit des carrières se situe pille à la jonction de la  Meyne et du Rhône, la route a déjà été coupé à la circulation lors de précédent épisode pluvieux, des champs et des maisons ont subit des inondations.

    

Les nuisances sont minimisées par l’étude d’impact qui indique page 90 : « Les riverains les plus proches de la zone d’extension n’auront pas à craindre pour leur audition »

Le fait qu'il y ait trois carriers diffèrents, multiplie les autorisations de tirs de mines, qui si elle sont autorisées, n’en sont pas moins nuisibles à la faune et habitants les plus proches d’autant plus que les jours et heures ne leur sont pas communiqués. Les vibrations engendrées par les tirs de mines auraient provoquées des lézardes dans des maisons le long du chemin du Four à Chaux et de la D72. Aucune expertise de l'immobilier ne permet aux habitants de faire constater ce fait, pourtant les maisons existaient avant les carrières.

En sus des tirs de mines tout au long de la journée les avertisseurs de recul des camions sur ce site en hauteur audibles à plus d’un kilomètre surtout la nuit et les concasseurs, participe largement aux nuisances sonores qui dérangent à longueur d'année les riverains.

 

Plus loin nous apprenons que la plage horaire de fonctionnement sera de 7h00 à 22h00 au lieu de 7h00 17 h00 puis que l’activité de chargement des barges se fera de nuit laissant "une plage de repos" au riverains de minuit à 4h00. C’est tout simplement inhumain !   

Cette même étude spécifie que « les poussières restent principalement confinées au droit des zones d’exploitation. Elles ne peuvent être nocives pour les riverains » c’est ce qu’on appelle se moquer du monde ! Même si des mesures sont prises pour éviter l’émission de poussières celles-ci sont néanmoins présentes dans l’air et une déclaration de leur innocuité ne peut être satisfaisant.

Les nuisances sont amplifiées par le fait que les trois carriers, obtiennent des permis d’exploiter successifs dans le temps et qui ne respectent pas les même caractéristiques.

Après enquête auprès des riverains, nous apprenons que les carriers exploitent en fait un même site. Ils s’entendent entre eux, les ouvriers des uns travaillant pour les autres. Les plages horaires autorisés sont actuellement et par moment largement dépassé : de 5h00 à 22h00, très loin des 7h 00 17h00 vous en conviendrez!

 L’impératif d’augmentation du transport fluvial des granulats lors de la dernière extension ne serait actuellement pas respecté.

Les uns doivent réaménager le site, les autres auraient obtenu le permis d’exploiter sans cette contrainte…

Un riverain nous dit regretter que cette mobilisation se fasse à l'encontre de la carrière LAFARGE car ces derniers seraient ceux qui respecteraient le mieux les contraintes d’exploitation.

 

De plus, les riverains se heurteraient à une difficulté inconcevable l’organisme chargé de contrôler les infractions  aurait refusé de communiquer les rapports d’inspection.

 

Autre point litigieux,l'intérêt général doit être un préalable à toute extension, il faut prouver celui-ci par une demande accrue de granulat dans le département. Or, ici il n’y a pas augmentation explicite de demande dans le département justifiant cette augmentation.

 

En conclusion notre association citoyenne se prononce fermement contre ce projet d’extension.

 

Il y a trop d’interrogation : quant à la nécessité d’augmenter le tonnage d’extraction, quant aux difficultés de garantir de respect des contraintes d’exploitation par rapport à la présence de deux carriers sur le même site, aux renouvellement croisés des  permis d’extractions, à la difficulté de faire constater les infractions.

Aucune garantie sur l’absorption de l’augmentation de la production de granulas par le transport fluvial ne peut être faite dans la configuration actuelle - exploitations sur un même site par deux carriers astreints à des contraintes différentes-

 

Notre association citoyenne s’insurge contre la minimisation de l’impact de l’activité carrière sur la vie des riverains, leur santé, sur l’économie viticole, arboricole, sur la faune, sur le paysage, sur la dépréciation et dégradations des propriétés.

  

A l’extérieur des sites d’extractions les routes existantes ne permettent pas actuellement l'accroissement du trafic routier sans augmenter l’insécurité routière et les nuisances pour les riverains. Insécurité et nuisances sont déjà fortes du fait du trafic induit entre autre par transport de granulat.

 

Le principe d'intérêt général - préalable au renouvellement et/ou extension d'installation classée comme cette carrière - ne nous semble pas respecté.

 

D’autre part, aucune mesure compensatoire d’aménagement n’est prévue par la municipalité d’ORANGE.

Mesure pouvant améliorer un tant soit peu le cadre de vie des habitants. Pistes cyclables, rénovations des fours à chaux, mise en avant de la Via Agrippa, de sentiers découvertes, plan de circulation, développement de transports en commun… Il est tout à fait révélateur que Châteauneuf classe ses bois pour préserver la zone, ces villageois, tandis qu’Orange inscrit le développement des carrières dans son PLU comme une priorité.

 

 

Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 08:50

Orange, semaine du développement durable  du 1 au 7 Avril 2010

 Programme des animations : RAS

 

Serions nous sur une autre planète ?

 

En effet, rien à Orange n’a été prévu pour la  8ème édition de la semaine du développement durable ! 

 Rien non plus, de particulier, sur le site de la mairie, pas de sensibilisation d’information  au tri des déchets et aux économies d'énergie tout au long de cette semaine du développement durable.

Un simple et maigre" bilan écologique et économique de l’année 2009" est publié.

Soit :

     Le tri sélectif à Orange
          C’est 1.000 tonnes de déchets recyclés chaque année en PAV et porte-à-porte
           Ecologique
           1.000 tonnes/an de déchets ménagers recyclés.
           Economique
           168.000 € de dépense en moins par rapport au coût de l’enfouissement en
décharge

 

 Avec curiosité nous avons joint les services de la mairie, ce vendredi 2 avril: "Ils n’ont pas eu connaissance" d’une quelconque action municipale dans le sens de cette semaine nationale . (Service environnement, secrétariat mairie)

 

 

Le thème du 1er au 7 Avril 2010 : « Changeons nos comportements ! », était pourtant facile à développer :

  • Rappeler les bases du tri sélectif.
  • Recueillir les suggestions des habitants,
  • Pointer des besoins en conteneurs
  • Informer sur les nouveaux gestes, réflexes à acquérir en matière de consommation
  • Informer sur les économies d’énergies, l’isolation, le chauffage de son logement
  • Recenser les efforts à effectuer au niveau des bâtiments communaux,
  • Mener une réflexion d’envergure sur des nouveaux moyens de transport, l'éclairage public
  • Lancer une consultation sur le centre ville, associer les commerçants et les entreprises de la ville à des actions concrètes...

 

Cette semaine aura été donc l'occasion, pour tout le monde, de remarquer qu’Orange se distingue encore par son absence sur un sujet primordial !

 

Nous pouvons pour Orange cependant souligner les actions de sensibilisations menées par les enseignants: écoles, collège, lycée. Notamment le Lycée Saint Louis: dont les élèves vont ramasser des déchets sur la colline Saint Eutope.

C’est bien maigre tout de même pour une ville de 30 000 habitants !

   

Heureusement que les Orangeois peuvent compter sur d'autres communes, collectivités, associations, structures... et profiter des nombreuses initiatives qu'elles ont mises en place.

 http://www.semainedudeveloppementdurable.gouv.fr

 

 

 

 

 

Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 14:05

L'ancienne station d'épuration d’Orange n’était plus efficace. L’équipe de l’ancien Maire  M. Alain Labe, avait déjà projeté de la remplacer. Il aura fallu près de 15 ans à notre actuelle majorité municipale pour construire une nouvelle station… mise en service : février 2009.

Pour un investissement de 10 millions d'euros et une capacité de 45000 Orangeois, ce site dédié à l'épuration d'eau reste le même.

Cette réfection de la station d'épuration nouvelle génération aurait pu être pensé différemment.

Orange Autrement avait proposé de l’inclure au sein d'un Écosite. Ceci pour répondre à plusieurs objectifs – développement durable, de l’économie, de la recherche, de la formation…

 

Qu’est-ce qu’un Écosite ? [1]

C’est à partir d’une station d’épuration qu’est né le premier Écosite. L’Écosite de Mèze assure l’épuration des eaux des collectivités locales par le lagunage, protégeant l’Etang de Thau pour la conchyliculture et la baignade. Aujourd’hui, l’Écosite de Mèze c’est 80 000 visiteurs par an, 150 emplois créés, 150 stagiaires par an en formation, 20 ingénieurs et 10 entreprises.


 Vous l’avez compris un Écosite allie la création d’un pôle d’entreprises (PME, PMI, TPE) liées au développement durable (énergies renouvelables : solaire, photovoltaïque, éoliennes, isolation, problèmes de gestion de l’eau…), la recherche et la formation (d’artisans et de techniciens).

 

Un tel projet à Orange était pertinent.

C’est un secteur d’avenir insuffisamment développé en Provence. Le site d’Orange est remarquablement bien placé (nœud de communication, vent, soleil, ...)

 Ce projet  aurait pu être dimensionné au sein d’une intercommunalité et donc aurait aussi contribué à sortir Orange de son isolement.

 

Economiquement et écologiquement Orange n’est pas encore à la hauteur de nos espoirs.  

 

[1] LES FONCTIONS D'UN ECOSITE : Contribution à la protection de l'environnement et du patrimoine - Recherche - Contribution au développement d'emplois locaux et au développement technologique - Mise en œuvre d'actions pédagogiques - Communication et animation locale - Coordination des politiques de développement durable. Pour en savoir plus sur les éco sites en France et En Europe: http://www.ecosites.net/daber.php3?id=cn57iyjk8wt7oad6ni7o&init=1

Repost0

Culture à Orange

Association "Ben Lèu"

Cours de Provençal pour adulte, pour débutant.

Pour ceux qui n'y connaissent rien!  

Calendreta .

mardi 18h00-19h30.

Contact 04 90 34 94 47

 

Chorégies 

 

AGORA
16 Rue reine Wilhelmine 84100 Orange 04 90 51 71 18

http://www.agorange.net/


THEATRE DU SABLIER

37, Crs Aristide Briand à Orange

Tel 04 90 51 14 03

Ateliers et Week end de théatre, danse, écriture, peinture. Spectacles

http://www.theatredusablier.com/


Le Café Littéraire

Association  Culturelle

Soirée autour d'un livre ...

Le site du café littéraire

  

Ciné  Forum
Impasse du parlement 84100 Orange

Librairie Elan Sud

Rue de Rome(ancienne rue des Phocéen)  lien 

Association ELU
pour les amoureux du livre
http://elansudeditions.over-blog.org

 

Orange Bleue Librairie

Lectures, débats, expos, signatures

http://www.orangebleue-librairie.com

 

  L’écran Magique.