Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'Orange Autrement
  • Le blog d'Orange Autrement
  • : Association regroupant des citoyens de la ville d'Orange, créée pour soutenir les élus minoritaires et informer les orangeois-es sur la réalité de la gouvernance du maire d'extrême droite.
  • Contact

Pour aller plus loin

 

Gestion ahurissante = appauvrissement général.

2021 Anniversaire des douze ans du gâchis de la piscine des Cèdres!

80% du budget investissement = routes et trottoirs

Orange perd des habitants, des emplois, des entreprises.

Orange n'attire plus les touristes,

Prélèvements excessifs sans les services

lien vers facebook

Consulter les rapports de la chambre régionale des comptes.

2001 à 2010 clic ici

mais aussi

1990 à 2001 clic ici  

Rechercher

Soutien

Assurer votre soutien, c'est possible !

 

Contactez nous ou manifestez votre soutien en venant aux conseils municipaux. Nota : Les élus d'opposition au conseil municipal ont chacun une boite aux lettres à leur nom dans le hall de la Mairie.

nous écrire : orange.autrement@laposte.net

 

Archives

Agenda

Conseil communautaire

Aucune date connue

 Conseils Municipaux à 9h

Aucune date connue

Commission Finances    7 septembre

Commission urbanisme infrastructure 

Commission Affaire sociale  Aucune date

Commission éducation  Aucune date

Commission électorale nouvelle forme, convocation juste avant des élections une parodie de contrôle du boulo du maire

 

 

 

 

29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 11:18

A Orange faire ou faire faire des travaux sur sa maison en ville, ce n’est pas si simple. Au coût du travail, s’ajoute  une réglementation et un coût du droit d’occupation du domaine public prohibitif.  De fait bien des propriétaires hésitent à commander des travaux et les artisans qui ont le choix privilégient les villages alentours ou la campagne.

 

Ainsi telle personne attend depuis deux ans pour refaire un bout de toit, elle ne trouve personne pour cette raison. Une autre ayant contactée un maçon, s’est vu rétorquer : «  Vous savez moi à Orange, j’y viens plus, trop compliqué, trop cher  la mairie nous réclame, 700 euros pour une place de parking pour trois semaines... »

Un Orangeois a du acquitter 2500 euros pour occuper quelques m2 de parking sur 2 mois afin de rénover sa toiture, plus cher que la location d’une villa avec piscine clame-t-il !

 

Paradoxalement à Orange le maire se plaint officiellement  du manque d’entretien des façades du centre ville. Car cela nuit à l’image de la ville auprès des touristes et reste pour lui incompréhensible d'autant qu'une subvention* est allouée par la ville.

Il avait même cogité d’obliger les propriétaires à faire ravaler tous les 10 ans leur façade par délibération municipale*. Heureusement le préfet n’a pas donné suite à cette demande.

 

Nous, à Orange Autrement nous lui soufflons une solution : l’occupation gratuite du domaine privé pour tous travaux de préservation par les particuliers de leur patrimoine.

Car comment oser d’un coté taxer fortement l’entreprise de ces travaux privés et s’en plaindre alors que la ville est livrée à des promoteurs ?

 

* En effet depuis 1981 les propriétaires du centre ville et les axes pénétrants peuvent obtenir des subventions par la ville. 16 propriétaires en 2009 pour un montant 43 250 euros et  18 en 2010  pour un montant de 74 635 euro en ont bénéficié.

Le maire affirme : «  la ville assume seule cette action sur l’habitat sans aucune subvention extérieure »

Or nous voyons dans le rapport sur la Dotation de Solidarité Urbaine de 2010 que notre maire justifie la somme reçu par l’état au nom de la DSU à l'aide, entre autre, de cette subvention façade octroyée par la ville.

 

DSU : subventions accordées par l’Etat, sur la base d’une série de critères (potentiel fiscal par habitant, bénéficiaires de l’aide au logement…).

Créée en 1991, la DSU vise à réduire les inégalités entre communes en améliorant les conditions de vie dans celles qui sont confrontées à des charges trop lourdes pour leurs ressources. Montant de la DSU  pour la ville d'Orange 999 528 euro en 2011.

Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 14:14

 

En guise de rapport d'exploitation annuel sur les transports en commun de 2010, les conseillers municipaux n'ont eu qu'un succinct rapport d'activité...

Nous vous condensons ci-après sans problème ce petit document.

 

Mais surtout nous déplorons le peu d'information mis à la disposition des conseillers municipaux.

 

En résumé:

La délégation de ce service public se termine le 31 août 2011.

Le contrat avec TCVO sera t il reconduit? Rien ne l'indique.

Or nous savons par la délibération N°31 de mai 2011 que l'étude menée depuis un an par la ville n'a pas abouti et que donc la ville a prorogé ce contrat pour un an...

 Quelle maîtrise! un an d'études ne suffit pas...

 

Recette issue de la ventes de titre de transport: 111 048,58 soit 21% de plus que l'an passé. 

C'est à peu près le seul chiffre comptable, rien sur le coût d'exploitation... 

 

A compter du 12 mai: inauguration d'Orange les Vignes.

Prolongement de la ligne 1 jusqu'à la zone commerciale.

Mais aussi:

Suppression d'un horaire de la ligne 2.   

Suppression des services de transport à la demande de la ligne 3   

Suppression de la ligne 4 Violette-Pourtoule   

 

 

A partir d'Octobre 2010 rapatriement à Pourtoule du point bus de l'Arc de Triomphe (actuel emplacement illogique de la Gare Routière) ....

  

On note donc, comme pour les autres services publics à Orange, une régression constante depuis des années des transports en commun. Nous sommes consternés du peu d'imagination, pour dynamiser ce service public d'actualité.

 

 

Repost0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 18:33

La Mosquée d’Orange devait déménager, c’était une promesse électorale (2008) de Mr Bompard.  En 2009 l’affaire semblait entendue avec la proposition d’un terrain le long de l’A7 permettrait de construire une mosquée plus grande et des parking. Le maire s’en était expliqué dans les média...

 

 Ce projet n’a pas pu voir le jour, l’échange et les conditions proposées pour leur lieu de culte n’ont pas satisfait la communauté musulmane.

 Aujourd’hui autour de la Mosquée, tous les immeubles sont en train d’être démolis. Ce quartier déclaré insalubre devant être rénové.

Le chantier de démolition a débuté en juin et doit se terminer en juillet et il devrait laisser debout la mosquée.

 

Comment rénover un quartier lorsque un bâtiment reste au beau milieu? Devions nous commencer ce chantier sans avoir trouvé un accord avec  l'association musulmane ? Qu’arrivera-t-il si l’immeuble, du 234 rue des Tanneurs, abritant la Mosquée s’écroule ?

 

Les questions ne manquent pas, la communauté musulmane doit pouvoir pratiquer sa religion en toute sécurité. Le Ramadan cette année débute le 1 août 2011, la Mosquée sera fréquentée par plus de monde que de coutume. Leur prêtera t on un local ?

Nous espérons une nouvelle entente rapide pour régler ce souci et déplorons la pression exercée par cette démolition sur la communauté musulmane.

Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 17:53

Samedi 9 juillet 2011, en fin de matinée, sous un pin magnifique au bord de la rue du Bel enfant, Anne-Marie Hautant et l’association Orange autrement, en présence de journalistes de la presse locale, rencontraient des habitants de la colline Saint Eutrope et du quartier de l’Etang, à propos de deux projets municipaux :

·         le centre aquatique que le Maire s’obstine à vouloir implanter à l’emplacement de l’ancienne piscine des Cèdres, inopportunément laissée à l’abandon puis fermée depuis plus d’un an.

·         Le complexe sportif au doux nom provençal de Yeti parc, qui viendrait occuper l’emplacement de l’ancienne carrière du quartier de l’Etang. 

     

  Les deux projets supposent la percée de voies routières qui ouvriraient une large brèche entre la route de Châteauneuf-du-Pâpe et la colline (environ 20 millions d’Euros).

Les deux projets (construction et gestion) seraient confiés à des sociétés privées.

On est bien sûr en droit de se demander si l’objectif final n’est pas une urbanisation de la colline Saint-Eutrope, qui ravirait bien des investisseurs privés du secteur immobilier.

 

 

Les habitants présents ont écouté avec intérêt les explications et les interrogations de la présidente Christine Badinier et d’Anne-Marie Hautant qui, malgré sa position de conseillère municipale d’Orange et de vice-présidente du Conseil Régional PACA, n’a qu’une connaissance indirecte et incomplète du dossier tant les informations ne sont divulguées par la mairie qu’au compte-gouttes.

Les échanges ont été cordiaux et féconds.

Les questions n’ont pas manqué :

Pourquoi le Maire s’obstine-t-il à vouloir implanter dans ces zones vulnérables (en matière d’inondation notamment) des équipements gigantesques ?

Est-il logique et acceptable que les finances municipales soient utilisées pour créer des voiries qui favoriseront l’implantation de structures privées ?

Quelle maîtrise la Mairie peut-elle garder sur de tels équipements ?

Quels seraient le visage et la vie de ce secteur d’Orange avec de telles transformations ?

Etc.

 

L’idée a germé d’une association de quartier qui permettra aux habitants de la colline Saint-Eutrope et du quartier de l’Etang d’établir avec les autorités municipales, régionales, préfectorales… un contact de nature à les éclairer de façon précise sur ces projets. En tant que riverains, ils sont largement concernés, même s’ils n’ont aucunement été consultés.

Par Dominique

 

Repost0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:57

 

Réunion des habitants du quartier de l’étang,

le samedi 9 juillet à 11h30

 

Là-haut sur la colline Saint-Eutrope

et en-bas dans l’étang d’Aglan

 

 

 

La municipalité a pour projet de réaliser un Pôle Sportif et Culturel dans les carrières de l’étang et un Complexe Aquatique sur la colline Saint Eutrope.

La démesure de ces projets et leur inadaptation à ces quartiers va bouleverser leur configuration.

 

Face aux risques d’inondations et aux problèmes de circulation qu’engendreraient de tels aménagements, Anne-Marie HAUTANT et l’association ORANGE AUTREMENT préconisent de choisir d’autres lieux d’implantation.

 

Pour avoir vos avis, ils vous invitent à en débattre au cours d’une réunion de quartier. Le rendez-vous est fixé à l’angle de la rue du Bel Enfant et de l’impasse des Pâquerettes (au bas de la colline et du gymnase Saint Louis).

 

Avec ou sans ces projets, quels sont les aménagements hydrauliques, routiers, d’assainissement, environnementaux et patrimoniaux, indispensables au développement durable du quartier de l’étang ?

 

Venez nombreux nous rencontrer, nous serons là pour vous écouter.

 

Orange Autrement & Anne-Marie HAUTANT          

                                        Vice-Présidente du Conseil Régional PACA

                                        et Conseillère Municipale d’ORANGE

 

Repost0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 17:55

En guise de lutte contre certains comportements rendant les rues, les abords de route et la campagne sale, nous avons vu fleurir des panonceaux, il y a déjà plusieurs années. Le cochon n’est pas celui qu’on croit ! Affublés d’un cochon rose.

 

Force est de constater que cette façon de procéder n’est pas suffisante.

 

Si la police municipale verbalise quelques commerçants qui déposent avant l’heure les emballages cartons, si le service propreté surveille très bien certains points ciblés dans des quartiers privilégiés et là seulement y ramasse plusieurs fois par semaine les saletés, si il existe un service « encombrants » ... il n’en reste pas moins que notre Cité des Princes et sa campagne restent bien trop sales !

 

·       dépôts de sacs de déchets verts, de bouteilles de verre, d'encombrants, à coté des bacs d’ordures ménagères ou des points de collectes sélectives

·       dépôts sauvages en rase campagne,

·       jets sur la voie publique,

·       propriétaires de chiens ne ramassant pas les déjections

·       propreté des marchés et des abords laissant à désirer

 

Certaines communes qui ont une politique plus volontariste, ont vu la propreté de leur ville nettement améliorée. Rien de très spectaculaire, ni d’inaccessible pour notre petite ville, mais combien de valeur ajouté pour son image touristique et la qualité du « mieux vivre ensemble ». 

 

Il s’agit par exemple de mieux informer la population sur le ramassage des "encombrants".

La propreté des marchés s'est considérablement dégradée. Améliorer l'état de propreté des marchés, c’est responsabiliser les commerçants non sédentaires et leur demander de rendre leurs emplacements propres après leur départ. Le tout permettant une réappropriation du domaine public plus rapidement, quitte à leur fournir des containers adaptés...

Il faudrait aussi multiplier les points de collectes sélectives, prévoir la création de points de collectes de déchets verts, mieux équiper la ville en  corbeilles à papiers...

Les points de collectes sélectives doivent être mieux aménagés et les containers vidés dès qu’ils sont pleins ou bien mieux dimensionnés... Combien de fois on s’en retourne avec ses bouteilles en verre parce que le container est « farci « ?

Trop souvent le containers est collé à un autre, à des clôtures et alors un seul accès sur le container est dégagé ce qui rend son remplissage impossible !

 

Et puis n’ayons pas peur des mots les agents de la police municipale devraient aussi avoir pour mission de contrôler, sensibiliser et verbaliser les contrevenants et les propriétaires de chiens ne ramassant pas les déjections.

Certains "points noirs" doivent être particulièrement ciblés, dépôts sauvages qui apparaissaient régulièrement dans certaines rues ou impasses, dans les quartiers délaissés de la ville, ou en rase campagne.

 Un travail plus efficace de l’équipe environnement  de la ville est possible. Cela passe par une vraie campagne de communication, un meilleur aménagement de la ville, des ramassages adaptés au remplissage des points de collectes. Si cette équipe travaille en synergie avec les entreprises de ramassage des containers, le service nettoyage, les policiers municipaux, nous devrions aboutir à une nette amélioration de la propreté de notre ville d’Orange, permettant de supprimer les plus gros des soucis de salubrités et sécurités liés à la saleté.

Pour nous à Orange Autrement il ne s’agit, là aussi, simplement d’une volonté politique.

 

 

Repost0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 16:07

La première impression d'un touriste arrivant en ville, c'est son entrée par la route.

 

Véritables vitrines, les entrées peuvent avoir un impact très important sur les comportements des visiteurs et donc, sur l’économie locale.

De même pour nous, habitants, ou pour les voisins des communes limitrophes, notre environnement -les sociologues sont formels- influe sur nos comportements, et même sur notre bien être.

 Notre ville, très riche en vestiges, possède également plusieurs atouts de par son patrimoine culturel et sa situation géographique. Cette richesse  nous semble gaspillée par des actions imprudentes et des aménagements inadéquats : abattages d’arbres, édification de bâtiments sans caractère, extensions urbaines irréfléchies, aménagements végétaux minimalistes voire inexistants….

Orange perd peu à peu son identité et son cachet. Il ne semble pas exister une réflexion approfondie et harmonieuse dans son aménagement.

Prenons simplement les deux entrées principales.

L’entrée nord par la nationale 7 : dès le franchissement du pont sur l’Aigues, on trouve une casse à gauche qui s’étend jusqu’en bordure du lit de la rivière, rien pour minimiser l’impact visuel. A gauche on aperçoit une cité à l’abandon, avec plusieurs bâtiments murés. Puis nous arrivons sur un rond point (neuf de l’année dernière) où l’herbe folle dépasse la taille d’un adulte…Enfin une grande ligne droite jusqu’à l’Arc de Triomphe où des travaux interminables entérinent le dernier sacrilège de la municipalité : l’abattage d’un majestueux alignement de platanes. Ce n’est que la stricte, dure et triste réalité contre laquelle de nombreuses voix se sont élevées en vain.

Entrée sud  par cette même nationale : un magnifique rond point sans végétaux affublé d’un véritable mirage planté à 45 degrés dans un plot en béton. Coût ; près de 100 000 euros !  Soit dit en passant, 100 ans de subvention au Secours Populaire d’Orange. Puis, véritable fléau de nos villes, se succèdent à droite deux zones commerciales qui agressent l’automobiliste de leurs constructions colorées disproportionnées, implantées directement le long des voies. Et, au loin, cachant la vue sur les Préalpes, le dépôt Deltadéchets, une montagne de déchets s’élève peu à peu, toujours plus haute, recouverte de terre pour cacher la misère, truffée de tuyaux pour contenir les gaz et bordée de grillages amovibles bancals et «  très gracieux ». De l'autre coté, l'A7.

Au dernier conseil municipal, Anne Marie Hautant a de nouveau interpellé le maire par rapport au rond point face à Carrefour, point final de cette entrée extraordinaire.  En effet, il a vendu un terrain, en fait une ancienne décharge à une société automobile. Cette dernière, avec bien des déboires, est en train d'y construire son bâtiment. Ce qui pose en outre des problèmes de pollution pour l’instant soit disant seulement visuelle.  Cela en est au point où l’on se croirait dans une décharge publique des années 70 par fort mistral. Le maire a juste répondu à l'élue que ces soucis seront vite oubliés une fois les travaux achevés…et qu'il n'est pas responsable...

   

A Orange Autrement nous souhaitons en ce début d’année 2011 que la municipalité prenne mieux en compte l’impact de ses décisions lors de l’aménagement des entrées de la ville, voire de la ville elle-même. Nous lui suggérons sur l'existant tout au moins:

- d’entretenir régulièrement et de manière soignée les abords (propreté... )

- de privilégier des aménagements paysagers harmonieux et identitaires.

Actuellement les entrées de notre ville sont tout simplement indignes de ses réserves financières mais représentative d'une mauvaise gestion.

 

 Il est pour nous essentiel de rendre notre ville attractive et  d'offrir un accueil digne d'Orange, de son passé aux visteurs.  Ce serait aussi un signe de respect pour ses habitants, ses commerçants et peut être du travail de la municipalité.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 17:57

Ce lieu magique, sous exploité durant de trop longues décennies est en ruine.

Ce fait perdure et même s’est accentué ces dernières années.

 

Autrefois, elle abritait un camping, bientôt on pourra dire de même de la magnifique piscine des Cèdres. Autrefois, il y avait une piscine…

Que dire des montées piétonnes à l’abandon. Telle, la somptueuse montée Philibert de Châlon  derrière le théâtre municipal, dont l’accès a été condamné, ou celle totalement en ruine qui part de la clôture nord-est du théâtre antique, elle est jonchée de pierres de taille éboulées, vestiges du château, de broussailles. Sur son parcours subsiste quelques piteuses fiches métalliques témoignant de l’existence d’un ancien sentier botanique.

 

Anne Marie HAUTANT n'a recueilli que des ricanements lorsqu'elle a abordé le sujet en conseil municipal des ruines du château et de l'occupation romaine sur la colline.

Pourquoi un tel potentiel de développement économique n’est-il pas mis en valeur, alors qu’à Orange les touristes ne font le plus souvent que des haltes dérisoires?

Clic, Clac ! La photo souvenir devant l’Arc de Triomphe.

Que la plupart de ces habitants ignorent jusqu’à l’existence de magnifiques vestiges d’un capitole gallo-romain, du château des princes d’Orange sur cette colline aux exceptionnels points de vues. Combien d’Orangeois méconnaissent l’épopée de leur ville ? Pourquoi laisser aujourd'hui se dégrader des aménagements tels que les voies d'accès piétonnes, voulues, entretenues, durant des générations?

 

Ce fait n’est pas une fatalité et il en résulte un double appauvrissement de notre petite ville : par les détériorations des vestiges et par un sous-développement économique.

 

Orange est à vendre, Orange se meurt, sa colline est en ruine. Plus de 40 commerces vides, des dizaines de bureaux au centre-ville ne trouvant pas preneur, mais plus de 40 agences immobilières et un complexe commercial dans des vignes, une fantaisie supplémentaire à l'actif de notre maire. Sur la colline une piscine délabrée, des sentiers piétons en ruine, des vestiges historiques envahis par les taillis, et à coté un trésor sur les comptes bancaires.

Seul le parcours santé a bénéficié d'une maigre signalétique neuve ces derniers temps.

C'est souligner que les efforts de simple entretien sont quasi inexistants. 

 

Il est criminel de ne pas mettre en valeur la colline qui pourrait être un fantastique levier économique et culturel.

D’autant plus que d’autres villages, villes bien moins dotés historiquement, voire naturellement, ont su ces dernières années, à l’aide de simples et beaux jardins ou parcs à thème accompagnés d’une signalétique soignée et de services complets, attirer de loin les visiteurs . Ils ont ainsi acquis une renommée, un essor économique formidable, un bien être certain pour leurs habitants.

 

Nous rêvons, nous avons fait un rêve avec l’équipe d'Orange Autrement, celui de voir tout le potentiel de cette colline devenir un acteur de développement culturel, touristique, sportif et économique dans le respect de son héritage historique tout en préservant son identité naturelle chère aux Orangeois. Ce serait épatant non !

Repost0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 11:33

 

Avenue Félix Ripert J+5


MARDI 12 01 2010, ÇA CRAINT TOUJOURS A ORANGE

 



Paralysie quasi-totale pendant plus de quatre jours
.

 

Sécurité des carrefours non assurée.

Accès des secours difficiles.

Accès aux soins pour les patients en longues maladies périeux ou impossible.

Accès ou sorties parkings trop souvent impossibles.

Service minimum d’accueils : non prévus, aucune école d’Orange ne l’a assuré depuis vendredi 8, ni lundi 11 et mardi 12 cet accueil a été regroupé au Castel et à la Deymarde.

 

Conséquences : toute l’économie au ralentie

 

Déplacement = danger, car piétons et véhicules se partage une seule et étroite voie.

Parents de jeunes enfants astreints à rester à la maison.

Personnes âgées sans service à domicile repas/ soins.

Nombreux dégât : de la simple tôle froissée, aux fractures/hospitalisations.

Perte de journées de travail pour presque toute la population active

Pas de possibilité de s’approvisionner et pire lorsqu’on parvient enfin à un magasin, les rayons sont vides…

Les soldes, c'est fini il faudra payer le carrossier.
Pas de courrier...
 

 Leçons à tirer et Solutions envisageables.

 

Déneigement: plus rapide pour ne pas laisser la glace se former. Il y a encore à cette heure de 3 à 15 centimetres de glace sur les rues, les parkings d'Orange ( rue de éudiants, voie Pinay ...)

Se munir de plus de lames de déneigement.

Priorité aux dégagements soignés des carrefours et giratoires.
Ne pas négliger les trottoirs.
Coordonner les bonnes volontés.

        Par exemple : Demander aux paysans, artisans et entrepreneurs volontaires possédant des tractopelles d’intervenir sur leur quartier au moins ! 
Prévoir : Un Plan Communal de Sauvegarde ( Décret n°2005-1156 du 13 septembre 2005) permettant entre autre l'installation d' une cellule d’appel et d’intervention prioritaire pour les populations fragiles.

Maintenir coûte que coûte les soins et portages de repas.

Informer la population sur les lieux de l’accueil regroupé des scolaires lorsqu'il est mis en place… Par exemple sur le site de la mairie, ou les infos ont été mise seulement ce mardi en milieu de matinée vers 10h00!!.

 

La campagne des régionales intéresserai-elle plus notre maire que notre quotidien ?

 

 

 

Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 19:21
 

Pistes cyclables, tourisme vert et développement durable

 

La région PACA et le département de Vaucluse développent un réseau structurant de voies vertes de plus de 1500 km.

Il est composé de deux grandes voies nord-sud : un axe reliant le lac Léman à la mer Méditerranée ("La LémanMer") et un axe transalpin.

D’autre part, il comprend deux grandes voies régionales est-ouest : une littorale et une autre traversant le moyen pays ("La Provençale").

S’y ajoute, une voie vauclusienne ("La Via Venaissia") traversant le Comtat Venaissain reliant "La Provençale" à "La LémanMer".

 

Dans son actualité, le Conseil Général du Vaucluse nous informe que la réalisation de 16 Kilomètres de la «Véloroute Via Venaissia » qui relie Jonquières à Velleron débuteront en juin 2009.

 

La véloroute Via Venaissia est une piste cyclable qui empruntera le tracé de l’ancienne voie ferrée qui reliait Orange à l’Isle sur la Sorgue.

Hormis Orange, toutes les municipalités concernées participent à ce projet. De ce fait et avant de se mailler sur "La LémanMer" , "La Via Venaissia" reliera directement Jonquières à Châteuneuf-du-Pape en évitant la cité des Princes.

 

Orange autrement a proposé et propose toujours

un plan vélo et la piste cyclable des collégiens

 

Pour nous l'absence de plan vélo handicape le tourisme et le développement durable

Les Orangeois et les touristes sont de plus en plus nombreux à utiliser le vélo comme moyen de déplacement. Les effets positifs de la pratique de la bicyclette en termes de santé publique, d’accessibilité aux infrastructures, de qualité de vie et de développement durable de nos territoires sont évidents.

Des politiques ambitieuses sont conduites par les collectivités territoriales, des actions sont engagées, des véloroutes et des Voies Vertes sont aménagées ou en cours d’aménagement. De plus en plus, la France et le Vaucluse disposent de pistes cyclables équipées d’un revêtement goudronné, lisse et roulant, utilisant l'emprise d’anciennes voies de chemin de fer et de chemins de halage.

Des équipements et des services sont accessibles tout au long de ces itinéraires : sanitaires, points d'eau et d’informations, aires de stationnements, de pique-nique, de loisirs et de détente, ...

 

Le plan vélo d’Orange

Il faut établir un plan d’action qui aura pour objectifs :

. de favoriser l’utilisation du vélo comme moyen de transport alternatif à la voiture et comme véhicule de loisirs,

. d’améliorer et de sécuriser les infrastructures cyclables existantes,

. de structurer un réseau composé de pistes nouvelles et de voies vertes entièrement réservées aux modes de déplacement non motorisés,

. de réduire le nombre de vols de vélos et d’augmenter les possibilités de stationnement en réalisant des garages spécifiques.

 

La piste cyclable des collégiens

Il faut créer une piste cyclable arborée, entièrement sécurisée et d’un seul tenant, entre les 4 collèges de la ville.

De l’avenue de l’Argensol, son origine, elle desservirait le collège du même nom. Puis, elle emprunterait l’emprise du canal de Pierrelatte jusqu’à la colline, où elle se maillerait à une bretelle desservant le collège St Louis. Ensuite, elle enjamberait la colline et rejoindrait le collège Jean Giono. Les voies Pinay, Charles Dardun, Félix Ripert et Ambroise Croizat aménagées, et la piste de l’avenue des Etudiants, la conduirait au collège Barbara Hendricks. Après cela, elle poursuivrait son chemin par le lycée, l’Arc de Triomphe, la piste du Merderic et se terminerait au rond-point de la Croix de Champlain.

Cette création qui utiliserait en partie l’emprise de la dérivation de la Meyne et celle du bassin de l’Etang d’Aglan, au pied de la colline Saint Eutrope, obligerait à la réalisation de ces derniers. Aux abords de l’étang qui servirait de bassin écréteur de crues serait créé un parc naturel et un arboretum.

 

Les véloroutes et les voies vertes

Les véloroutes sont des itinéraires pour cyclistes de courtes, moyennes et longues distances, d’intérêt départemental, régional, national ou européen, reliant les régions entre elles et traversant les agglomérations dans de bonnes conditions. Elles empruntent tous types de voies sécurisées, dont les voies vertes.

Les voies vertes sont des aménagements en site propre, réservés aux déplacements non motorisés. Elles sont destinées aux piétons, aux cyclistes, aux rollers, aux personnes à mobilité réduite et, dans certains cas, aux cavaliers, dans le cadre du tourisme, des loisirs et des déplacements de la population locale. Elles doivent être accessibles au plus grand nombre, sans grande exigence physique particulière, sécurisées et jalonnées.

 

La Via Venaissia : un projet intercommunal

La nouvelle véloroute Via Venaissia est une piste cyclable en site propre qui empruntera le tracé de l’ancienne voie ferrée qui reliait Orange à l’Isle sur la Sorgue, en passant par Jonquières, Sarrians, Aubignan, Loriol-du-Comtat, Carpentras, Pernes-les-Fontaines et Velleron. Ouverte le 3 novembre 1894, la ligne de chemin de fer d’Orange à l’Isle-sur-la-Sorgue, longue de 38 km, a cessé son activité ferroviaire en 1987. Cette ligne possède à Orange, son ouvrage historique le plus remarquable, une rotonde à locomotives avec un pont tournant à mains.

Dans le cadre d’un plan de continuité cyclable, la future Via Venaissia sera maillée sur la voie verte reliant Genève à Port-Saint-Louis-du-Rhône et de ce fait sur sa bretelle Beaucaire-Sète. Par ailleurs, elle sera connectée à la véloroute du Calavon allant de l'Isle-sur-la-Sorgue à Apt et sur sa liaison avec le pays de Forcalquier. 

 

La Via Venaissia et la rotonde à locomotives

Pour relier la véloroute "Via Venaissia" à la voie verte "Du Léman à la Mer", Orange Autrement propose d’utiliser la piste cyclable des collégiens en la maillant par une bretelle allant du collège de l’Argensol à la rotonde à locomotives équipée en halte cyclo-touristique, et en la raccordant à la voie verte des bords du Rhône par les berges de la Meyne depuis le collège Jean Giono. 

L'aménagement de notre ville est un travail vaste, complexe qui pourrait nous projeter dans un avenir meilleur, sur beaucoup de plan : favoriser le confort des habitants, les commerces et le tourisme comme préserver notre environnement. A Orange il nous manque  de la cohérence dans les créations, les restructurations des voiries comme des quartiers. Nous pouvons tous le constater, dernièrement la voie Félix RIPER, bientôt le quartier de Fourchevielle. Cette vision d'un aménagement à long terme incluant des modes de transports alternatifs ne nous semble pas saisi. Dommage nous ratons un train qu'il sera difficile de rattraper!

Repost0

Culture à Orange

Association "Ben Lèu"

Cours de Provençal pour adulte, pour débutant.

Pour ceux qui n'y connaissent rien!  

Calendreta .

mardi 18h00-19h30.

Contact 04 90 34 94 47

 

Chorégies 

 

AGORA
16 Rue reine Wilhelmine 84100 Orange 04 90 51 71 18

http://www.agorange.net/


THEATRE DU SABLIER

37, Crs Aristide Briand à Orange

Tel 04 90 51 14 03

Ateliers et Week end de théatre, danse, écriture, peinture. Spectacles

http://www.theatredusablier.com/


Le Café Littéraire

Association  Culturelle

Soirée autour d'un livre ...

Le site du café littéraire

  

Ciné  Forum
Impasse du parlement 84100 Orange

Librairie Elan Sud

Rue de Rome(ancienne rue des Phocéen)  lien 

Association ELU
pour les amoureux du livre
http://elansudeditions.over-blog.org

 

Orange Bleue Librairie

Lectures, débats, expos, signatures

http://www.orangebleue-librairie.com

 

  L’écran Magique.