Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'Orange Autrement
  • Le blog d'Orange Autrement
  • : Association regroupant des citoyens de la ville d'Orange, créée pour soutenir les élus minoritaires et informer les orangeois-es sur la réalité de la gouvernance du maire d'extrême droite.
  • Contact

Pour aller plus loin

 

Gestion ahurissante = appauvrissement général.

2021 Anniversaire des douze ans du gâchis de la piscine des Cèdres!

80% du budget investissement = routes et trottoirs

Orange perd des habitants, des emplois, des entreprises.

Orange n'attire plus les touristes,

Prélèvements excessifs sans les services

lien vers facebook

Consulter les rapports de la chambre régionale des comptes.

2001 à 2010 clic ici

mais aussi

1990 à 2001 clic ici  

Rechercher

Soutien

Assurer votre soutien, c'est possible !

 

Contactez nous ou manifestez votre soutien en venant aux conseils municipaux. Nota : Les élus d'opposition au conseil municipal ont chacun une boite aux lettres à leur nom dans le hall de la Mairie.

nous écrire : orange.autrement@laposte.net

 

Archives

Agenda

Conseil communautaire

Aucune date connue

 Conseils Municipaux à 9h

Aucune date connue

Commission Finances    7 septembre

Commission urbanisme infrastructure 

Commission Affaire sociale  Aucune date

Commission éducation  Aucune date

Commission électorale nouvelle forme, convocation juste avant des élections une parodie de contrôle du boulo du maire

 

 

 

 

1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 20:17
Des guignols: osent-ils encore se regarder dans la glace?.

La séance du 30 mars a été émaillée par un retrait de dossier et une interruption de séance le tout soigneusement programmé.

Le jeune fils du maire très fier de son élection au département était venu à 11h00 juste avant le conseil se faire féliciter en faisant le tour de la salle et en serrant une à une les mains des élus de la majorité.

un peu avant midi le maire a interrompu la séance, puis l'ensemble des élus de la majorité ont quitté les lieux pour monter d'un étage et boire l'apéro plantant sur place les élues de l'opposition "Aimer Ma Ville". Ces apéros en privé deviennent une habitude.

Cette attitude est vraiment guignolesque et indigne. Elle montre le vrai visage de ces élus sans courage, sans morale, sans éthique.

Le rôle d'une l’opposition est essentiel en démocratie, ceux qui ne respectent pas les droits de l'opposition, sont des menaces pour nous tous.

Les dossiers juste avant le conseil, ici le budget primitif, même pas ouvert: Savent-ils ce qu'ils vont voter?

Les dossiers juste avant le conseil, ici le budget primitif, même pas ouvert: Savent-ils ce qu'ils vont voter?

Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 12:37
Sur le document mairie la mise en évidence, hachures rouges, des 12, 5 M€ gaspillés en emprunts BOMPARD

Sur le document mairie la mise en évidence, hachures rouges, des 12, 5 M€ gaspillés en emprunts BOMPARD

Le jeu de la majorité hier au conseil municipal ne fut que refus de débats, fuites devant les questions, menace de retrait puis retrait d'une délibération attribuant une garantie d'emprunt. Dès les premières interventions, l'édile s'est montré fermé, éludant, sans même l'ébauche d'une réponse, les interrogations, il faisait voter rapidement les questions à l'ordre du jour.
Une élue d'opposition a quitté la salle devant cette mauvaise volonté. Puis ce fut une interruption de séance, et vers midi le maire lui même est parti, laissant la clochette timidement s'agiter dans des mains amusées et la grosse voix d'un autre élu finir le travail de sape d'un conseil pourtant important. Il traitait du budget 2015.

C'est que ce conseil mettait en évidence une situation financière anormale. Il illustrait parfaitement le gaspillage de l'argent public, la forte pression fiscale sur les Orangeois que nous dénonçons depuis 2001, que la cours des comptes, elle même, dénonce dans ces rapports successifs. La fuite devant cette situation embarrassante est un aveu. Le bafouillage voire silence des adjoints qui n'assument pas, ne comprennent pas même les choix politiques "Princier" et laissent un fonctionnaire s'expliquer seul.

Anne Marie a démontré que la dette qui s’éteint aujourd'hui est de la dette Bompard. Emprunts contractés entre 1995 et 2002 uniquement pour gonfler les résultats des comptes des premiers mandats. Ces emprunts ont coûté aux Orangeois, 12, 5 M€ d’intérêts pour rien.Cf les rapports de la cours des comptes. 2001 et 2010 (intérêts entre 5 et 8 %)

Pas étonnant qu'ils aient des difficultés à répondre!

A coté de cela la gabegie est écœurante en ces temps de crises :

Rappel 8,5M€ sont placés + 22 de fond de roulement= 30M€ qui dorment.

- Les pertes en procès divers, en services sont énormes. Sur le BP on constate de fortes hausses anormales. On passe de 92 000 € à 222 000€ pour 2015 en de frais de contentieux,

Rappel le procès de l'eau 6,5 M€.

- Le gâchis du patrimoine hallucinant : Piscines des Cèdres, maison du troisième âge, gare routière de Pourtoules, office du tourisme, la cantine municipale, le "musé de site"....

Mais encore, alors que la majorité a bâti son programme en clamant ce sera "le mandat de la colline", aucune programmation dans ce sens ne figure dans ce budget 2015, qui est vide, en dehors de la consolidation du mur du théâtre antique.

Plus tard, lors du vote du taux des taxes, comme d'habitude une mise en avant trompeuses du -1% de baisse des taux, maquille la réalité. Résultat final sur votre feuille sera +1,39% de la taxe foncière "bâti" et + 2,90% de la taxe foncière "non bâti", la baisse de la TH est due quant à elle en parti à la baisse des bases prévues par l'état - 0,57%.

Là non plus Christine Badinier n'obtiendra pas de réponse.

Et puis il y a eu au final des histoires d'eau croustillantes dont nous vous parlerons dans un autre sujet.

Morale: "La méthode B" n'est que l'enfumage, un mirage et une douloureuse  salée pour les Orangeois qui sont trompés en permanence depuis 20 ans. Les gagnants, c'est le clan, la famille.

Le maire quittant la séance, pas facile d'assumer la mise en évidence de tels choix, affichages des bilans gonflés 12, 5M€ payés pour rien.

Le maire quittant la séance, pas facile d'assumer la mise en évidence de tels choix, affichages des bilans gonflés 12, 5M€ payés pour rien.

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 20:38
CCPRO: adieu la simplicité.

Adieu la simplicité, bonjour l'ambiance démesurément insupportable. Ambiance dont nous pâtissons malheureusement, nous opposants à Orange depuis fort longtemps.

Trois changement de date pour la réélection du président de la CCPRO.
D’abord le 10 mars, puis le 16 mars, enfin le 18 mars à 19h30 et à Orange.
 

Que se passe-t-il donc à la CCPRO?

 

Rappelez-vous1, le conseil d'Etat, a annulé l'élection du sénateur Alain Milon comme président de la CCPRO, pour une peccadille .

Suite à cette décision et fort d'un texte de loi, d'un délai 15 jours pour réélire le président, le maire de Bédarrides commune du siège de la CCPRO avait convoqué pour le 10 mars cette assemblée.

C'était sans compter sur les tortueuses prétentions du prince d'Orange.

Voilà qu'il fait écrire le 5 mars par un cabinet d'avocat un courrier fort salé pour:

1/ demander l'annulation de cette première convocation

2/ préciser qu'en la circonstance et en attendant c'est au doyen d'endosser la fonction de président, soit un conseiller d'Orange!

Conséquence, l'élection sera organisée et aura lieu le 18 mars à Orange.

Un avantage certain!

 

Qu'est ce que cela change pour nous conseillers minoritaires représentés par une élue dans cette instance?

Et bien rien.

Car le mode de fonctionnement des intercommunalités est parfaitement opaque et anti-démocratique. De plus dans tout ce petit monde personne n'a montré de bonne volonté pour répondre à nos quelques interrogations ou soucis d'information...

 

Ce courrier procédurier fort peu sympathique, est un véritable avertissement, à la foi déballage d'artillerie lourde pour défendre un égo, panser l’humiliation, obtenir un avantage au moyen de l'organisation des élections mais aussi pour faire frémir l'adversaire devant la toute puissance de qui a les moyens et l'habitude de détourner le droit pour ses fins.

  Au fait, à nous Orangeois, combien nous coûte cette manifestation de force? Cette mobilisation d'un grand cabinet d'avocats ?

 

 

1 http://www.orange-autrement.fr/2015/02/combien-nous-coute-l-annulation-de-l-election-du-president-de-la-ccpro.html

 

A savoir: 110 000 euros en moyenne par an de procédures!

Deux marchés à bon de commande pour 2015  avec des cabinets d'avocats, un de 40 000 l'autre de 60 000 euros

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:36

Le dossier N° 1 du conseil municipal traite de la cession gratuite des rues d'un lotissement enclavé: "Les Près de Croze".

Voici l'intervention pour le groupe Aimer Ma Ville de Christine Badinier.

Le lotissement les "Près de Croze" c’est celui qui est à la sortie de ville, direction de Roquemaure et bordé par la toute nouvelle portion de la voie Pinay . C’est un lotissement qui c’est inondé et qui a la particularité d’avoir des voiries en bon état , car de lourd travaux de mises en conformité ont été effectuée par le syndic et parce que c’est un cul de sac.

Les passages piétons qui le traverse sont fermés par deux grilles en fer et un muret de cinquante centimètres de haut grillagé donnant sur la voie Pinay.

En commission vous m’avez assuré que ces portails seraient ouvert puisque les voies deviennent publiques".

J’insiste pour que le passage coté Pinay soit également ouvert.

Et je suis tout à fait favorable aux cessions de voiries proposées même si je trouve qu’en ces temps d’élection cette délibération ressemble à du clientélisme.

Je souhaiterai même que vous alliez plus loin dans votre démarche.

Pourquoi exclure le bassin de rétention et la placette de retournement ?

Allez jusqu'au bout de votre démarche ces habitants paient des impôts,

leur sécurité et le bon entretien du quartier doivent être plein et entier !

La conseillère de la majorité a répondu que les passages seraient ouvert y compris voie Pinay et que ce n'était pas du clientélisme:

" Ces habitants attendent depuis 1980 ça passe maintenant ça passe maintenant répète-t-elle sans justifier. ( dont 45 ans et les 20 dernières sous mandat BOMPARD )

Repost0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 21:32
Interruption de séance: Une censure facile.

Lors du conseil du 20 février il y a eu une interruption de séance, un journaliste nouveau a fait plusieurs erreurs dans les articles publiés le 21, nous voilà obligé de rectifier le passage concernat l'incident.

Départ de la scéne

Après la lecture de la délibération par le rapporteur, trois élus dans l’opposition demande la parole en même temps en levant la main. L'élue PC, l'élu UMP et Christine Badinier élue "Aimer Ma Ville"

Alors que les deux autres conseillers se sont exprimés, le maire refuse la parole a Christine Badinier et fait voter la délibération.

Cette dernière proteste. D'un revers de main, il rejette sa protestation et passe le micro à une autre rapporteuse pour lire la délibération suivante.

Aussitôt Christine Badinier se lève et c'est debout qu'elle lit son intervention, dans le même temps la rapporteuse obéissant à l'injonction, lit le texte de la délibération. S'ensuit une cacophonie et une interruption de séance. Le maire passant dans le dos de l'opposante lui fait un signe avec le doigt contre la tempe et maugére un "maboul".

Le maire sorti, c'est l'ensemble des élus de l'opposition qui est appelé pour recevoir d'autres consignes durcissant l'ambiance délétère bel et bien organisé pour discréditer, intimider, destabiliser les élus d'opposition.lien

Anne Marie HAUTANT n'a pas pris la parole durant cette délibération.

C'est bien dommage de ne pas écrire les choses du début à la fin, du comment et pourquoi elles se sont passés.

C'est dommage de confondre Anne Marie HAUTANT avec JP Maton Weismann.

Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 11:54

A l'ouverture de la séance, les élus PC et UMP prennent à tour de rôle la parole.

L'une, PC, pour s'insurger contre la manière dont est relaté dans la revue municipale de février le rassemblement du 8 janvier.

"Ce n'est pas la Marseillaise qui a été sifflée, c'est vous monsieur le maire!"

L'autre, UMP , pour dire son incompréhension devant l'espace laissé à l'opposition dans cette même revue: " la valeur d'un Tweet; 140 caractères". Il demande une révision du règlement et lit les vœux adressés à la population 140 mots. Voeux qui n'ont pas été publié sur la tribune libre parce que le texte n’obéissaient pas au "règlement 2014".

Suite à cette mise au point, le maire a digressé, exploitant cet intermède, longuement pour conclure qu'il avait été bien gentil de répondre qu'on avait perdu une demi heure ( en réalité 20 minutes toujours l'exagération au bord des lèvres), et le conseil à proprement parler a pu commencer.

Du premier dossier au quatrième les questions posées n'ont pas reçu de réponse. Pressé peut être pour rattraper le temps perdu le maire a fait voter quasiment dès la fin des interventions des élus "Aimer Ma Ville". ( vous retrouverez ces intervention dans d'autres articles.

Au second dossier Anne Marie HAUTANT pose la question d'un achat de terrain et d'une cave clientéliste pour rien! Une friche fermée à l'urbanisation sur le dernier PLU par le préfet acheté 26 euros du m2 soit un total de plus 2,4 millions d'euros. Quel est le projet?

Pas de réponse, mais signe de la préparation des interventions à l'avance, le maire passe la parole à Mme Galmard, cette dernière ne répondra pas plus et utilisera un artifice censé décrédibilisé Anne Marie en l'attaquant sur un investissement de la région. Puis le maire donne la parole à son fils qui en rajoutera en l'associant??? à "Guérini"!

Pas de chance Anne Marie fait partie de ceux qui se sont à la Région insurgés contre cet investissement. Mais là, ils prennent bien soin de ne pas la laisser s'exprimer.

La délibération N°3 c'est l'achat de l'ancien établissement de Feste COULON, après une courte intervention de l'élu Aimer Ma Ville, une réponse de 10 secondes très incomplète, et vote à la mode du coin.(Les élus cochent une case sur une fiche)

A l'interrogation d'Anne Marie pour la délibération N° 4, la réponse du Maire la seule réponse fut:: " vous savez pas lire! Lisez! "On passe vote."

Puis il y a eu une présentation plus que laborieuse du DOB, dont la rapporteuse nouvelle n'avait visiblement même pas saisit la teneur et l'importance. Ânonnant péniblement le sigle D, O, B elle s'engage à lire gauchement durant un peu plus de 7 minutes le document synthétique de présentation fait par les services.

Le PC est le premier à prendre la parole mais en moins e trois minutes il est censuré obligé de poursuivre dans l'inconfort d'interjections.

Anne Marie prend la parole à son tour, en moins d'une minute les perturbations forment un bruit d'ambiance monocorde, et finissent par l'interrompre. En fin d'intervention, le fils recommence ces invectives sur le Conseil Régional. Puis l'UMP dit une phrase, félicitant le travail des services et spécialement le directeur des finances. Applaudissement et le maire le félicite: "je vous remercie enfin une parole intelligente ".

Déjà une heure de conseil, le maire prend la parole pour un bla bla de 27 minutes... ponctué par de nouvelles digressions verbales du fils.

Présentation express d'une délibération N° 5 bis ajoutée la veille au soir à 16H59

Lecture de la délibération N° 6

L'UMP pose sa question rapide, un réponse: un "non", la ponctue puis passage de la parole à l'élue PC.

Elle se fait un peu chahuter .

Et là refus de parole à Christine BADINIER, avec un nouveau commentaire du fils.

La séance est interrompu au bout d'une heure trente de conseil.

Après deux minutes d'interruption Denis SABON passe la tête par la porte et appelle l'ensemble des élus de la majorité pour rajouter et coordonner la pagaille habituelle. Les petits nouveaux doivent être mis au pli.

Par la suite, Christine BADINIER ne pourra intervenir que difficilement pour le dossier N° 7 et 8.

Le conseil, c'est terminé à midi trente. Anne Marie est partie vers midi quinze.

Que s'est il passé au conseil du 20 février?

Contexte de ce conseil:

Élections départementales: ex cantonales les 22 et 29 mars.

Le fils Yann est candidat à la succession de la mère et du père sur le canton d'Orange remodelé1, fief de la famille, conquis de longue lutte, depuis 2002 et 2004.

Dans l'opposition municipale présente au conseil municipal deux femmes, candidates elles à la même élection . Une tête de liste communiste, l'autre Christine BADINIER se présentant sur une liste d'orangeois plurielle et libre2

Qui était présent?

Dans l'opposition deux absents, dans la majorité six, plus une arrivée tardive et d'autres qui quitteront la scène en cours de route.

Dans le public quelques têtes grises en début, remplacées sur la longueur du conseil par la nouvelle garde inexpérimentée, cinq jeunes gens au début debout dans l'entre deux porte. Visiblement au spectacle, l'un de ces jeunes se plie en deux , hilare aux jeux  et propos de son idole. Dans la majorité, une démission Mr Gendron et donc une nouvelle le remplace.

Le jour et heure choisis  vendredi 20 à 10h00. Ce n'est pas anodin cela vise la démobilisation: des conseillers, du public.

Le sketch

Tempo, ton, consignes donnés aux conseillers de la majorité, interventions hors sujet, réponses dépassant l'entendable de 15 à 27 minutes, interruptions, digressions, interjections3, refus de donner la parole sont des armes pour censurer, mettre en cause la crédibilité des élus de l'opposition, les affecter .

Le conseil s'est terminé vers midi trente, soit 2h30 de non-débats4. Il avait bel et bien été préparée par la majorité dans une intention délétère.

Les preuves de cette préparation ignominieuse furent très nettes.

Tel le dépit du député qui croyant prendre à parti Anne Marie HAUTANT en découvre l'absence en levant la tête. En effet, tout au déroulé de son sketch, il avait débuté, pour elle, la lecture d'un de ses artifices spécialement préparés à son intention et bien entendu hors propos: la lecture d'une lettre de l'association "Violes Sans Poids Lourds". S'interrompant au constat de l'absence de sa cible :" ben où elle est la vice présidente de la région? Elle est partie! On fera comme si la conseillère était là, ça ne vous fera pas de mal"  C'est avec gourmandise qu'il attaque la lecture de la lettre avec un accent de "Léon Zitronne" dans la voix à l'énonciation du nom de l'association, révélant l'acteur plus qu'une personne parlant dans un but constructif.  Et c'est la conseillère Christine BADINIER qui a essuyé son dépit sans pouvoir s'exprimer.

Pas de chance pour lui, Christine BADINIER est depuis février 2010 membre de cette association qu'elle soutient toujours, jusqu’à se déplacer pour intervenir personnellement sur le registre du commissaire enquêteur lors de la dernière enquête publique en 2014. Bien sûr impossible de l'expliquer et dans la foulée, le maire lui reproche son silence forcé en le traduisant comme un lamentable aveu ! Il  n'a peur de rien!

Christine BADINIER a été particulièrement la cible des manœuvres abjectes et c'est compréhensible: elle ose se présenter contre le "fiston". Elle a donc dû intervenir sous les quolibets, etc. Le maire lui a refusé la parole plusieurs fois.  C'est au moment où elle s'insurgeait contre un de ces refus, debout en tentant de lire son intervention (seulement 256 mots, moins de deux minutes) que l'assemblée a eu droit à l’interruption de séance.

Les orangeois ne vous remercient pas monsieur le maire de stériliser ainsi les débats, et en fait bien plus, car c'est tout un territoire qui dépérit à cause de vous. La manoeuvre est grossière, sans nom, dans le but de favoriser l'accession de vos enfants à des fonctions d'élus que vous méprisez?

Vous et les votre vivez sur le dos de la République cumulant avantages et fonctions.

Un mandat peut-il se transmettre en héritage? Les attitudes au cours de cette séance sont révélatrices de l'inquiétude qui monte dans le clan famillial.

Les électeurs sauront à n'en pas douter trancher!

 

1 Pour les départementales ex cantonale: les électeurs d'Orange sont groupés avec ceux de Caderousse et de Piolenc. Deux conseillers un homme et une femme sont candidats titulaires conjointement pour garantir la parité hommes /femmes. Le découpage du canton politicien vise à sacrifier les habitants de ce canton à la ligue du sud ou au mieux au FN. Le combat des partis politiques se résume à sortir du mieux possible leur épingle du jeu pour compter leurs troupes et en jouer entre eux dans de futures négociations. La liste d'orangeois "bien vivre ensemble" refuse de se laisser enfermer dans cette arène inique et tente de faire entendre une autre possibilité aux déçus et révoltés.

2. Quatre personnes, jamais encartées, convaincues de l'absolue nécessité locale de rassembler au delà des querelles partisanes et du besoin d'exprimer la volonté du plus grand nombre de vivre ensemble en paix, se sont unies sur une liste résolument plurielle.  Cette liste réafirme que Liberté, Egalité, Fraternité et Laïcité sont des valeurs communes qui nous unissent et doivent être défendues.

Plurielle: mettons des mots: y compris des origines, les de souches/ immigrés, les non croyants/ croyants.

Ces quatre personnes par leurs engagements respectifs ont toutes montré leur capacité et une réélle valeur de l'engagement altruiste.

3 Interjections ridicules déplacées, automatisées et insultantes du fils Guillaume : sur l'intégrité du conseil régional, attaque personnelle en tant que cheffe d'entreprise d'Anne Marie HAUTANT, lecture de lettre VSPL...

4 http://www.orange-autrement.fr/2015/02/conseil-municipal-une-parodie-indigne.html

 

Constitution du 4 octobre 1958

Article 1

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales.

Christine BADINIER tentant de lire sa courte intervention debout . « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire » Jean JAURES

Christine BADINIER tentant de lire sa courte intervention debout . « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire » Jean JAURES

Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 08:26
Tout avait bien commençé, l'opposition attentive respectueuse, puis les quelques personnes dans le plublic ont vite fui, elles ne voulaient sans doute pas cautionner cette parodie de démocratie qui a duré 2h30 pour 8 questions à l'ordre du jour!

Tout avait bien commençé, l'opposition attentive respectueuse, puis les quelques personnes dans le plublic ont vite fui, elles ne voulaient sans doute pas cautionner cette parodie de démocratie qui a duré 2h30 pour 8 questions à l'ordre du jour!

L’ambiance des grands jours au conseil municipal du 20 février. (2h30 pour 8 délibérations!)

Les conseillers de la minorité n’ont pas pu s’exprimer.

Dans la majorité le mot d'ordre avait été passé:

"Il ne faut pas les laisser parler!"

L’autorité avait veillé à mettre en condition ses adeptes, les voilà piégés à leur insu.

L’expérience de leur obéissance/ soumission a réussi.

Ce n'est pas glorieux pour eux et double effet pervers sur leur subconscient, cela les oblige à justifier leurs comportements en se maquillant la réalité.

A 35 personnes1, ils se sont attaqués à trois « victimes » qui ont bien résisté, merci à elles.

Ces quelques lignes méritent une explication.

MILGRAM connaissez vous ? Non!     clic sur le lien : lien

Le maire profite de son autorité pour dresser les conseillers de la majorité, choisis eux pour leur naïve bonne foi, contre les conseillers de l'opposition.

C'est abjecte, d'exploiter sciemment une faille comportementale humaine mise en évidence par MILIGRAM : « obéissance inconditionnelle à l’autorité » dans les années 1960. Le contexte ici est biaisées, renforcé par les fonctions de celui qui joue et par son caractére emporté contrôlé avec peine de manière calculé.

Le taux naturel de soumission est dépassé et le malaise engendré chez les conseillers de la majorité devient perceptible.

Un des signes de gêne/tension/ mal être relevés sur les 35 sujets soumis à cette expérience furent des rires. Des bras qui se croissent cachant un visage pour pouffer. Des têtes qui se détournent dans un fou rire contenu et partagé avec le voisin. Ce ne sont que de simples reflexes salutaires pour garder un semblant de respect de soi

Quelle déchéance!

 

Mais pourquoi donc organiser avec autant de délire, de malignité ce jeu jusqu’à en rendre les conseils municipaux indignes, clownesques?

Pour décourager l'opposition, l'intimider. C'est indéniablement un des buts. Raté! 

Pour empêcher l’opposition de communiquer en cette période électorale? Pour se soustraire à l'inconfort des réalités qu'elle dénonce. Pour échapper à des remarques le mettant en difficulté, des propositions, des demandes. C'est plus facile!

Surtout pour empêcher les trois journalistes de rapporter fidélement le fond des débats rendu incompréhesible, les obligeant  à décrire l’ambiance devenue prépomdérante. Ainsi éviter à tout prix que l'opposition apparaisse avantageusement dans les journaux locaux.

Sans doute aussi pour jouir d’un sentiment de toute puissance.

Déplorable et méprisable.

Jusqu'à quand notre république tolérera ce manque de respect de la démocratie?  De tel viol de la conscience collective?

 

Merci pour votre soutien et votre fidélité

 

Post-scriptum: les analyses de nos conseillères censurées seront mise en ligne à la suite de cet article.« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire » Jean JAURES 

 

1 35 car on compte aussi le seul public qui est resté jusqu'à la fin de l'expérience, le second fils et quatre jeunes employés assis dans le public près de la porte.

Durant l'interruption de séance, ou l'ensemble des conseillers de la majorité sont appelés pour un durcissement des consignes, s'assurer aussi par effet de groupe de leur soumission totale à l'autorité

Durant l'interruption de séance, ou l'ensemble des conseillers de la majorité sont appelés pour un durcissement des consignes, s'assurer aussi par effet de groupe de leur soumission totale à l'autorité

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 10:44

Je me suis abstenue lors de la délibération N° 1 et je tiens à justifier cette position. Voici mon intervention

Bonne lecture

Christine Badinier, élue Aimer Ma Ville aucune étiquette de parti politique (clin d’œil aux journalistes)

Je ne m’abstiens pas pour les subventions de l’HBCO, ni pour celle de l’Adil, ou du CCAS sur lesquelles il y aurait beaucoup à dire. Mais par rapport à la différence de traitement entre les clubs sportifs.

Vous avez refusé en décembre 2014 au club de foot de la ville, le SCO, le versement de 60 000€ dernière tranche de subventions pourtant votées en Conseil municipal, soit disant parce qu’il était mal géré depuis longtemps. Peut-être. (quid de l’accompagnement du contrôle de l’utilisation de l’argent public)

Alors que vous l’aviez subventionné à la hauteur de 180 000 € en 2010 vous lui avez cisaillé en deux les subventions de 2014, forcément il se retrouve en déficit. (Vote subvention 180 000€ en 2010 mais 120 000 € en 2014, et seulement 60 000 versés en bout du bout. Club qui affichait au compteur 350 adhérents dont 250 moins de 18 ans)

Aujourd’hui on continue de subventionner, 450 000€ un club l’ASON, qui affiche 90 000 € de déficit sans que nous ayons les moyens d’apprécier l’usage qui est fait de cet argent public, ( alertes institutionnelles, ou d’ex joueurs ou d’ex employés, ou d’ex membres du bureau qui ont défrayé les chroniques)

Bien sûr cette année les comptes sont avalisés par des professionnels de la comptabilité. Mais une facture c’est facile à trouver et à mettre en face une dépense. Et moi, je n’ai rien eu aucun compte (alors que nous nous demandons depuis 2010, aucun chiffre sur le nombre d’enfants réellement accompagnés, aucun document durant l’AG de décembre)

Aucune visibilité sur la dépense de 450 000 € de subvention annuelle, (avec des avances conséquentes depuis deux ans 170 000€.)

Proportionnellement combien est donné aux enfants de Fourchevieille?

Qu’on ait à Orange un club professionnel, c’est un choix et pourquoi pas.

Mais qu’on arrête de faire l’amalgame entre ce qui est dépensé pour le professionnel et pour le quartier, les enfants d'Orange.

 

 

(en italique implicite)

Lire la réponse aux interventions des quatres élus sur cette délibération n° 1 http://www.orange-autrement.fr/2015/01/une-reponse-qui-pose-probleme.html

En fond le large public, cinq personnes, plus des personnels mairie.

En fond le large public, cinq personnes, plus des personnels mairie.

Repost0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 20:44
Conseil municipal du 23 janvier 2015

Les interventions d'Anne Marie en conseil rétablissent la réalité avec sobriété, honnêteté et opiniâtreté.

Elle résume: “Nous avons traité 3 dossiers lors de la séance du conseil municipal du 23/01/15.

1 - L’attribution d’un premier montant de subvention au HBCO (5 000€), à l’ASON(170 000€), à l’ADIL(3 800€) et au CCAS ( 700 000€).

2 - Le remboursement à l’Etat de 31 000€ d’exonération de CFE

3 - La contractualisation de 110 000€ avec le CG pour l’aménagement d’un plateau sportif et de loisirs à Fourchevieilles (promis depuis ????) .

Mes interventions sur ces dossiers sont les suivantes:

1 – je demande que les cadres de calculs des subventions aux associations sportives soient clairement établies et vérifiables par tous. Le nombre d’adhérents peut par exemple être un mode de calcul simple. Pour l’ASON, que l’affectation des dépenses entre l’équipe PRO et le travail auprès des jeunes soit également dissocié. Il ne peut y avoir ni favoritisme, ni clientélisme dans l’attribution des subventions.

2 – en juillet dernier le maire d’Orange s’offusquait de l’augmentation de la CFE (taxe sur les entreprises équivalente à la taxe foncière des ménages) par la CCPRO, une taxe qui devrait profiter au développement économique de la ville. Le maire, depuis 2001, a toujours affirmé que cette compétence ne relevait pas de l’action municipale. Pourtant dans son tract de juillet 2014, il se réclame de cette même compétence. Comprenne qui pourra ces incohérences.

3 – je constate que le département, comme la région, attribuent des subventions à Orange sans se préoccuper des appartenances politiques. Parce que ces institutions responsables se préoccupent d’abord des citoyens, au delà des affrontements bassement politiciens. Ils ont en cela une attitude républicaine qu’il est nécessaire de souligner dans une ville où la majorité assume de ne redistribuer l’argent public qu’à ceux qui sont considérés comme leurs proches.

Il est nécessaire de le dire et de le redire. La majorité actuelle bloque près de 30 millions d’€ sur ses comptes. Ceci est inepte. Lorsque de l’argent public est prélevé dans les poches des familles ou des entreprises c’est pour l’utiliser à des fins de bien être général. Si la majorité n’a pas d’idées, que cet argent reste à dispositions des citoyens qui eux sauront l’utiliser. Cet argent participera alors à l’économie locale.”

Conseil municipal du 23 janvier 2015
Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 20:04

Détails croustillants du conseil municipal du 23 janvier .

Dès la sixième minute du conseil le député maire acteur reprenant la parole à l'issu de l'intervention d'Anne Marie HAUTANT, jette un extravagant "ça fait dix minutes " avant un "allez y" en direction d'une autre intervenante.

A la sixième minute d'un conseil allez savoir comment Anne Marie avait fait pour parler pendant dix? L'exagération et les petits mots d'entrée : le jeu pervers habituel.

Du coup pour vous donner une idée de l'ambiance voici un petit relevé non exhaustif des interjections ou réponses aux conseillers d'opposition par le maire.

"vous avez parlé dix minutes" comme une litanie est revenue consciencieusement durant sa longue réponse.

son fils "vous distribuez des subventions aux associations bidons"

"Vous savez que le règlement fixe le temps de parole à trois minutes"

"Quand on veut tenir la distance on dit n'importe quoi".

"Vous pouvez dire les singeries que vous voulez c'est l'état qui..."

"la jobardise ça a un coût..."

Temps de réponse de la majorité pour ce premier dossier,16 minutes dont 11 minutes juste pour le maire.

"Contrat de ville supprimé par un préfet descendu de Paris, ce n'est pas nous qui "

"Il y en a deux célèbres d'animateurs de quartiers qui sont les terroristes qui se sont illustrés ces temps derniers, ils ont été tous les deux animateurs de quartier dans la zone de Paris

Or il est évident que ce n'est pas notre concept que de fabriquer des terroristes"

le fils "tais toi un peu"

le fils "calme toi"

Repost0

Culture à Orange

Association "Ben Lèu"

Cours de Provençal pour adulte, pour débutant.

Pour ceux qui n'y connaissent rien!  

Calendreta .

mardi 18h00-19h30.

Contact 04 90 34 94 47

 

Chorégies 

 

AGORA
16 Rue reine Wilhelmine 84100 Orange 04 90 51 71 18

http://www.agorange.net/


THEATRE DU SABLIER

37, Crs Aristide Briand à Orange

Tel 04 90 51 14 03

Ateliers et Week end de théatre, danse, écriture, peinture. Spectacles

http://www.theatredusablier.com/


Le Café Littéraire

Association  Culturelle

Soirée autour d'un livre ...

Le site du café littéraire

  

Ciné  Forum
Impasse du parlement 84100 Orange

Librairie Elan Sud

Rue de Rome(ancienne rue des Phocéen)  lien 

Association ELU
pour les amoureux du livre
http://elansudeditions.over-blog.org

 

Orange Bleue Librairie

Lectures, débats, expos, signatures

http://www.orangebleue-librairie.com

 

  L’écran Magique.